• J'avais parlé des culottes de règles, ou culottes menstruelles sur Instagram lors du Mothertober (un challenge de dessin en parallèle de l'Inktober, dont les thèmes ont été proposés par la dessinatrice Gayelle). Je me lançais dans l'aventure, les culottes étaient commandées, je les attendais impatiemment... Des mois plus tard et plusieurs essais de trois marques, je vous donne mon avis.

    Mon retour (un peu mitigé) sur les culottes de règles


    Mais déjà, pour celles (et ceux !) qui se questionnent encore, qu'est-ce qu'une culotte de règles ?!

    Il s'agit d'une culotte avec une partie centrale absorbante. Elle permet de remplacer les traditionnelles et polluante serviettes jetables et les inconfortables et glissantes serviettes lavables. Le sang sera absorbé par cette partie légèrement plus épaisse et contenu sans fuite pendant plusieurs heures.

    Cette invention est indéniablement une grande avancée pour toutes les femmes. Je pense surtout aux jeunes filles qui vivent leurs premières règles avec l'impression de porter une couche malodorante et un écriteau sur le front disant "j'ai mes règles". Mais sincèrement, même après des années de règles, on peut continuer à ressentir ça. La culotte menstruelle permet de se sentir ben... juste en culotte ! Et le tout sans odeurs. Exit l'écriteau sur le front !

    C'est une solution également très économique. Avez-vous déjà fait le calcul de ce que vous dépensiez en protections hygiéniques ? A l'année c'est un résultat vraiment élevé, encore plus si vous avez l'âme écolo et que vous vous tournez vers des marques de serviettes jetables en coton bio !

    Mais... comment ça s'entretient !? Rien de plus simple : rincer la culotte sous l'eau froide avant le lavage en machine à 30°. Alors oui, on touche un peu de sang, mais pas moins que lorsqu'on met une coupelle menstruelle ou un tampon sans applicateur ! Et puis bon, le sang c'est pas sale hein (contrairement à ce que pensent les publicitaires qui continuent à faire verser du liquide bleu...).

    Bref, l'idée m'a conquise assez rapidement, mais je restais sceptique sur deux choses : la plupart des femmes qui m'en ont parlé m'ont également dit qu'elles n'utilisaient plus que ça et pas de tampon ou de coupe menstruelle...
    Attendez attendez... Pas de cup ?! Comment est-ce possible ? Quand on a un flux très abondant comme moi depuis mon premier accouchement (instant glamour bonjour !), impossible de ne pas utiliser une cup + une protection au cas où (qui en fait ne reste jamais immaculée...). Alors j'ai attendu l'arrivée de mes premières culottes pour le crash test.

    Deuxième chose qui me questionnait beaucoup : dans des vidéos "j'ai testé pour vous", les femmes utilisaient une seule culotte qu'elles rinçaient le soir et étendaient pour la faire sécher... et la remettre le lendemain ! Alors euh... Je sais que ça a été rincé hein, mais quand même pas à 100%. Personnellement je considère que le rinçage c'est en attendant le lavage.
    Et puis grand mystère sur le séchage en une seule nuit... Parce que la partie absorbante et plutôt épaisse est ce qui met le plus de temps à sécher, évidemment !! Plus tard j'ai compris : il y a des culottes en microfibres qui sèchent plus rapidement que celles en coton.

    Comme je suis plutôt pour l'utilisation de matériaux naturels, j'ai acheté deux culottes en coton bio. L'une chez Lilybasic et l'autre chez Marguette. Ma soeur m'en a donné une en microfibre un peu plus tard, de la marque Loop, que j'ai testée également.

    Je précise qu'il n'y a aucun partenariat dans cet article, je vous donne seulement mon retour sur l'utilisation de ces culottes comme il m'a été demandé sur Instagram  :)

     

    Mon retour (un peu mitigé) sur les culottes de règles

     

    Modèle Océane de chez Lilybasic

    Mon retour (un peu mitigé) sur les culottes de règles

      J'avais participé à la campagne de financement pour le lancement de la marque.
    Ce modèle n'est plus disponible cette année, mais il en existe deux autres.
    Une culotte en coton bio, certifié GOTS et Oeko-tex.
    La partie absorbante est en fibre d'eucalyptus et la partie imperméable en PUL recyclé.
    J'aime la transparence de la marque : on sait d'où viennent les différentes partie de la culotte et tout est assemblé au Portugal. Emballée dans du papier kraft, la marque se veut dans une démarche la plus écologique possible.

    Cette culotte prévue pour les flux abondants est extrêmement douce et couvrante comme j'aime.
    La partie centrale ne remonte pas très haut derrière mais sa capacité d'absorption reste relativement importante. Je dis "relativement", car chez moi, sans cup et les jours les plus abondants, ça tient 6h max.
    C'est sûr que pour une journée de travail ce n'est pas pratique, il est plus facile de changer de serviette que de changer de culotte dans des toilettes publiques ! Alors je garde la cup pour ces jours-là et ça tient la journée.

    Mon bémol : Je ne sais pas si c'est dû à la culotte, mais c'était pas tellement compatible avec le vélo (frottements, sensation de brûlure). A part ça, une fuite à déplorer pour cause de capillarité sur la bordure bleue (les fameux 6h).
    Et question prix, ce sont les moins abordables des trois (40€)

     

    L'oCulotte classique de chez Marguette

    Mon retour (un peu mitigé) sur les culottes de règles

    Alors là, si vous cherchez du basique, il n'y a pas plus basique.
    Ici pas de petite dentelle, un élastique qui donne un look un peu plus sportif à la culotte. 
    Et cette fois-ci, c'est labellisé Origine France Garantie.
    Culotte en coton bio certifié Oeko-tex, partie absorbante en fibre de bambou et partie imperméable en PUL.
    Ici aussi emballée dans du papier, le plus zéro déchet possible.
    Le prix est abordable (33€)

    J'ai choisi le modèle classique (règles normales) donc forcément ça ne tient pas plus longtemps que les autres.
    Et la partie absorbante ne remonte pas très haut derrière, mais pas de fuite à déplorer, même la nuit.
    J'aime énormément la sensation du coton et l'élastique large. En fait, je crois que c'est ma préférée.
    Aucun problème en faisant du vélo avec (oui chez nous ça compte ! ^^)

    Mon bémol : Franchement je ne vois pas... Peut-être le fait qu'il n'existe pas de modèle classique pour règles abondantes. Le modèle prévu pour les règles abondantes et la nuit est taille haute (ce qui est un plus quand on a mal au ventre et qu'on ne veut pas être sciée par un élastique), look rétro avec plumetis et forcément plus cher.

     

     

    Modèle Métro de chez Loop

    Mon retour (un peu mitigé) sur les culottes de règles

     Cette culotte est bien plus échancrée que les deux autres et la partie centrale assez fine.
    La culotte est en nylon et élasthanne, le fond de culotte en coton et la partie centrale en polyester, nylon et PUL.
    Pas de nanoparticules d'argent ni cuivre (les autres marques non plus).
    Loop est une entreprise française, les culottes sont fabriquées en Chine.
    Forcément le prix s'en ressent (29€).

    Bon, pour être sincère, je n'aime pas trop cette culotte mais voyons ses avantages.
    Elle sèche vite.
    La partie absorbante remonte à l'arrière jusqu'en haut (donc aucune crainte pour la nuit).
    Elle a un look simple mais assez élégant.

    Mon bémol : comme vous pouvez le voir sur la photo, la qualité de la dentelle n'est pas top et elle commence déjà à s'abîmer au bout de 6 mois d'utilisation (donc seulement 6-8 fois).
    Elle est très échancrée et peu couvrante, je n'aime pas du tout la sensation de devoir la remettre en place et sa partie centrale est très étroite (donc ici, bien moins de 6h pour les jours +++).
    On nous promet 12h sans fuites ni odeurs, mais avec ces matières vous vous doutez bien que c'est impossible, à moins d'être dans les derniers jours.


    Pour conclure, les culottes menstruelles sont mille fois plus agréables à porter que des serviettes lavables ou jetables, mais leur technologie n'est pas suffisante pour certains flux. L'humidité se fait ressentir au bout d'un moment (même quand c'est garanti aucune sensation d'humidité) alors pour rester le plus au sec, je les utilise en complément d'une cup lorsque je dois sortir... Et je m'exerce au flux instinctif libre lorsque je suis à la maison, c'est à dire le fait de retenir les menstrues pour n'évacuer qu'aux toilettes. Je pense que si un jour j'y parviens à tous les coups, ce sera la vraie libération des protections hygiéniques, qu'elles soient jetables cracra, en silicone, en coton bio ou en jolie dentelle :)

    Racontez-moi en commentaire : vous connaissiez les culottes menstruelles ? Vous en utilisez ? Êtes-vous contentes de celles que vous avez ? Êtes-vous tentées d'essayer ? Suis-je la seule à tenir moins d'une journée avec une culotte (je suis sûre que non !).

    Voilà voilà, je clos ce chapitre glamour/intime pour revenir à des activités pour enfants, en espérant avoir le temps de les poster vite vite. Là, j'ai mis plus d'une semaine à écrire cet article, vu que je ne veux plus écrire le soir. Haha !

    Pour tous les concernés, je vous souhaite de bonnes vacances et un beau week-end ensoleillé pour tout le monde !

    - Lilaluna -

    Pin It

    2 commentaires
  • Ecole ou IEF ?

     

    J'ai écris et effacé plusieurs fois cet article. Je souhaitais en parler ici, pour poser des mots sur notre vécu, notre réflexion et éventuellement ouvrir le débat... J'imagine que je ne suis pas la seule à me poser cette question depuis le confinement, mais c'est une des décisions les plus difficiles à prendre de ma vie.

    Ça fait deux ans que nous allons de déceptions en déceptions avec l'école de mademoiselle D. Et nous nous demandons sincèrement quand tout cela va s'arrêter. En deux ans, notre fille qui est en classe bilingue aurait du avoir maximum quatre enseignants (un en français + un en allemand par année). Elle en a eu neuf, dont quatre remplaçants d'allemand qui ne parlaient pas la langue. D'ailleurs ce n'est plus vraiment une classe bilingue depuis décembre... Et là, je n'entre même pas dans le sujet des violences éducatives, les adultes qui hurlent sur les enfants, qui pratiquent le bâton/carotte à tout va, qui ne protègent pas ceux qui en ont besoin, qui s'attardent plus sur ce qui ne va pas que ce qui est correct dans le travail (et pour rappel, on parle juste de la moyenne section...). Bref.

    Si j'ai effacé l'article que j'ai écrit, c'est par respect pour ma fille. Les difficultés qu'elle rencontre ne regardent finalement que nous et j'imagine qu'elle ne serait peut-être pas heureuse de savoir que je parle de tout ça ici. En tant que parents, nous sommes garants de l'intégrité physique et morale de nos enfants. Un jour peut-être, elle décidera d'en parler. En attendant, nous sommes là, face à un choix compliqué : peut-on se permettre de faire l'instruction en famille ?

    Pour le bien-être immédiat de ma fille, tout me crie "fais-le". Pour l'aider maintenant, la rassurer, lui permettre de vivre de façon épanouie, d'être bien dans ses baskets. Mais pour plus tard, quand je n'aurai pas travaillé depuis longtemps, pas mis de côté, pas vécu d'évolution professionnelle... Quand elle sera adulte et que je n'aurais aucune sécurité financière à lui proposer...

    Qui sont les familles IEF ? Quels sont les métiers des parents ? Je me pose sans arrêt cette question. J'ai l'impression que tout est à réinventer. Se faire un métier sur mesure, sans vraiment savoir s'il va nous rapporter, juste pour sortir un peu la tête de l'eau. Avec ici un intermittent qui porte toute la maisonnée sur ses épaules et l'actualité pas rose pour le monde du spectacle, il y a de quoi s'inquiéter...

    Suis-je capable de porter cette situation ? Quand il est en déplacement et que je m'occupe de nos deux filles. Imaginons, mini L serait à la crèche et D avec moi. Nos familles bien loin de chez nous, pas de moyen de garde. Pas de possibilité pour moi de travailler même ponctuellement, faire une intervention en crèche d'une heure et gagner juste de quoi payer la baby-sitter.

    Tout est dans la balance. Les grosses émotions de notre D, sa souffrance, nos difficultés financières, nos émotions à nous, les nuits encore et toujours compliquées et la fatigue qui ne nous quitte pas, les possibilités et impossibilités professionnelles... Et la balance ne fait qu'osciller sans nous donner de solution. 

    Quand ma belle D s'est mise à pleurer hier toutes les larmes de son corps, me disant qu'elle ne voulait plus aller à l'école de toute sa vie, j'ai eu bien du mal à ne pas lui répondre "ne t'inquiète pas, c'est fini l'école, tu n'y retournera plus tant que tu n'en auras pas envie. On va travailler ensemble, apprendre ensemble, et jouer, beaucoup jouer !". Bien sûr, nous ne sommes pas obligés de la mettre à l'école la semaine prochaine, mais quid de la rentrée ?

    Je ne sais pas comment vous avez vécu ce confinement et l'école à la maison, mais ici, s'il n'était pas évident au début de trouver un équilibre dans cette nouvelle vie à quatre H24, nous avons adoré l'expérience. Je n'avais pas vu ma fille aussi heureuse et détendue depuis longtemps. Je voudrais lui offrir cette vie là, je le voudrais tellement. Je suis sûre que la solution se cache quelque part...

    Si vous êtes en IEF n'hésitez pas à me partager votre point de vue, votre témoignage, il m'aidera sûrement. Et même si ce n'est pas le cas, donnez moi vos avis si vous en avez envie, un peu de recul sur cette situation ne me ferait pas de mal, je crois. Vous êtes vous aussi posé la question ? Est-ce aussi difficile pour vous de sauter le pas ?

    Bon, même si je m'y suis reprise à plusieurs fois pour écrire cet article, j'ai écrit assez "à chaud". Alors je reviendrai pour vous parler des aspects positifs que je trouve dans l'instruction en famille, parce que ce n'est pas juste une façon de fuir l'école pour nous. Ce serait simplement un moment entre parenthèse, pour assurer de bonnes bases émotionnelles avant d'y retourner quand l'enfant se sent prêt. L'école, j'y ai beaucoup travaillé comme musicienne intervenante et j'espère y retourner prochainement car j'y vis souvent de belles histoires avec les classes et j'ai rencontré de vraies perles parmi les enseignants. Certains font un boulot incroyable avec leurs élèves (et je trouve que le nouveau maître de mlle D en fait partie, même s'il est dommage qu'elle n'ait plus d'allemand depuis longtemps). Je tenais à le préciser pour ne pas heurter les enseignants qui me lisent ici. C'est seulement un malheureux concours de circonstances...

    Bon week-end

    - Lilaluna -

    Pin It

    7 commentaires
  • Me revoilà après une longue pause d'un mois dont j'avais vraiment besoin... Les couchers de la mini étant très longs (même s'ils se passent relativement bien) et les nuits toujours assez courtes et hachées, j'avais accumulé beaucoup de fatigue. Sachant qu'écrire un article me prend généralement 2h, j'ai choisi de profiter de mes soirées autrement qu'en passant du temps sur l'ordinateur, et ça m'a fait du bien. Il me tardait quand même de revenir par ici, j'ai accumulé beaucoup de choses que je souhaite partager avec vous alors j'espère réussir à rattraper mon retard avant notre départ en vacances. Parce que oui !!! Les vacances approchent et seront ENFIN l'occasion de revoir nos familles qui sont à bien plus de 100 km de chez nous. Bref !

    J'ai décidé de vous raconter un peu notre journée de solstice d'été. Depuis quelques années, timidement d'abord et de plus en plus passionnément, nous fêtons les changements de saisons. Une de mes filles a un grand besoin de rythme. Ça la rassure, ça l'apaise. Rythme de la journée, de la semaine, du mois, de la saison... Et même de façon plus fine, rythme d'une activité, d'une heure passée en tête à tête. Elle a besoin de savoir ce qui se passera et que ça se passe globalement de la même façon à chaque fois. Beaucoup d'enfants sont comme ça, de façon plus ou moins prononcée (mon autre fille suit le mouvement, mais les transitions sont plus fluides quand on garde le même rythme tous les jours).

    Alors à l'approche de l'été, l'excitation était là : trois jours avant, ma grande faisait le décompte en avançant la pince à linge sur la poutre du temps et sautait en l'air de joie et d'impatience, sa soeur copiant tous ses gestes (et cris !). Et les petites mains se sont mises à l'ouvrage... Pour l'instant, mini L ne participe pas à la préparation, car j'ai voulu utiliser le temps calme avec ma D pour ces différentes activités. Donc elles sont relativement "difficiles" à réaliser (comprendre : pas abordable pour un enfant de 2 ans ^^).

     

    L'étoile vitrail aux couleurs de l'été

    Un grand classique de la pédagogie Steiner Waldorf, ces étoiles décorent les fenêtres et la lumière du soleil passant à travers les rend très lumineuses et colorées. Pas trop compliqué pour les petites mains qui débutent l'origami.

    Le solstice d'été

     

    Coupez quatre carrés de papier vitrail en deux pour obtenir huit rectangles.
    Pliez les en deux dans le sens de la longueur, puis rabattez les pointes contre la pliure comme les jaunes ci-dessous.
    Jusque là, D a tout fait, après c'était un peu plus difficile.

    Le solstice d'été

     

    Laissez une pointe comme ça et pliez de nouveau contre le pli central de l'autre côté (en haut et en bas) :

    Le solstice d'été

     ...et rabattez une troisième fois contre le pli central pour une obtenir une pointe très fine

    Le solstice d'été

     Vous obtenez ceci :

    Le solstice d'été

     Collez les pointes les plus larges en les superposant

    Le solstice d'été

     Soulevez la dernière pointe pour encoller le papier dessous et fermer l'étoile. C'est fini !

    Le solstice d'été

     

     Un vitrail en papier calque

    Nous adorons les vitraux issus de ce cahier Steiner Waldorf d'Isabelle Huiban.
    Il nous reste l'été et l'automne à réaliser. Ensuite, nous prendrons la liberté de créer de nouveaux vitraux originaux. J'aime la douceur des calques colorés (le papier vitrail a des couleurs beaucoup plus intenses) mais c'est assez difficile à trouver. En tout cas il n'y en a pas dans les magasins de bricolage et travaux manuels du centre ville, il faudrait peut-être le commander...

    J'ai promis à ma grande que nous ferions ce vitrail la semaine prochaine, lorsque mini L sera retournée à la crèche, pour être tranquille, avoir plus de temps.

    Le solstice d'été

     

    Un gâteau décoré

    Pas de fête sans gâteau n'est-ce pas (non non je ne suis pas du tout gourmande) !?
    C'est le magnifique compte de Josie, @onwillowsbend qui m'a inspirée.
    Elle réalise d'incroyables tourtes salées et gâteaux décorés, en rapport avec les apprentissages de ses filles, les fêtes, les saisons... Allez voir comme ils sont beaux ! Je rêve de fleurs séchées maintenant, pour mes gâteaux...

    En attendant, c'était un glaçage à la noix de cajou, de la menthe et des fruits frais. Et c'était parfait !

    Le solstice d'été

     
    Pour la base, j'ai fait mon éternel gâteau au yaourt vegan, agrémenté d'amandes broyées et de jus d'orange.

    Recette

    Deux yaourts de soja
    Un pot de sucre (certains trouvent que c'est trop peu, je préviens car on mange peu sucré)
    Un demi pot d'huile
    Un sachet de poudre à lever
    Deux poignées d'amandes broyées (ou de poudre d'amande du commerce)
    Le jus d'une demi orange
    Trois pots de farine

    Bien mélanger, cuire à 180° pendant 35 min.

    Pour le glaçage aux cajous, je me suis inspirée de la crème pâtissière du gâteau princesse, en remplaçant l'eau par le reste de jus d'orange pressée et avec moins d'huile de coco (une càs), moins de sirop (deux càs) et sans vanille.

    Le solstice d'été

     

    Le solstice d'été

     

     Une scène pour le plateau d'été

    A chaque changement de saison, nous préparons un plateau dans lequel nous mettons des objets liés à la saison : trésors de la nature, tissus aux couleurs de la saison, petites figurines d'animaux, figurines en bois ou en laine...

    Cette année nous avons eu envie de réaliser une scène de la St Jean avec une petite fille tisonnant le feu.
    Cette scène a été créée par Regien @purehomecraft qui partage très généreusement des patterns à reproduire à la maison et qui vend aussi ses créations sur son compte Etsy.

    Le solstice d'été

     Nous avons pris quelques libertés, en choisissant des couleurs différentes et j'ai fait le cercle au pif puisque nous ne possédons pas le cercle Grimms d'anniversaire en bois (la scène se place au centre normalement).
    La poupée est toute petite, elle fait la taille de ma paume.

    Le solstice d'été

     Je pense que des petits personnages et animaux vont se joindre à elle autour du feu.

    Les filles jouent librement avec ce qui se trouve dans le plateau tout au long de la saison. Elles apportent de nouveaux éléments, en enlèvent d'autres... La mini a eu un coup de coeur pour cette petite poupée, l'a appelée Nina et l'emporte partout avec elle. C'est drôle, c'est la première fois que je la vois vraiment jouer une scénette imaginée avec un petit personnage, elle la fait parler, marcher, etc...

    Le solstice d'été

     

    Décorer la chandelle du soir

    Nous mangeons régulièrement le repas du soir avec une bougie allumée au centre de la table.
    La flamme qui vacille a un côté très apaisant qui calme tout le monde avant le dodo.

    Pour cette soirée de solstice, nous avons pris une petite bougie blanche en cire d'abeille que nous avons décorée avec la cire à modeler Stockmar. Cette cire sent tellement bon, la malaxer est vraiment relaxant je trouve...

    Nous avons collé un petit soleil dessus, symbole de cette longue journée.
    Comme la moitié seulement a fondu, nous la rallumerons ce soir pour clore ce week-end spécial.

    Le solstice d'été

     

    Et bien sûr, des lectures !

    L'amoureuse des livres que je suis ne pourrait pas passer cette étape sans en référer dans nos lectures...

    J'ai fait une petite sélection dans notre bibliothèque et l'ai mise dans une caisse en bois, dédiée aux lectures du moment. Nous lisons évidemment tous les soirs, mais avons aussi pris l'habitude de lire des histoires aux filles lorsque la mini se lève de sa sieste. Ça l'aide à se réveiller tranquillement et ça fait une bonne respiration et transition avec la suite de la journée. Et un doux moment à trois ou quatre.

    Voici ce qu'on trouve dans notre sélection :

    Le solstice d'été

     Courons sous la pluie, m'a été offert par mon amie Valentine qui a un compte de littérature jeunesse absolument génial. J'aime énormément les illustrations de ce livre, très colorées avec beaucoup de végétal.
    Une famille rentre de la plage et se retrouve sous la pluie. En courant, un enfant tombe et ils se rendent compte qu'il ne sert à rien de courir, ils seront de toute façon mouillés. Alors ils rentrent tranquillement à la maison, trempés mais heureux.

    Je suis dingue des souris de Kazuo Iwamura. Les souris à la plage sont les sept petites souris qui vont à l'école dans Le train des souris. Les trois autres font partie de la collection La famille souris. En réalité, le pique-nique est un livre du printemps, mais avec le confinement nous n'en avons pas fait (à part sur un draps au milieu du salon) alors je l'ai mis dans la sélection pour tous les pique-niques à venir...

    Summer est un classique des tables de saisons. Ce livre sans texte de Gerda Muller propose de très belles illustrations pour chaque saison. La mini adore les scènes de plage et ne fait que me parler de la mer où elle veut absolument retourner (oups pas cet été malheureusement...).

    Du printemps à l'été est un livre typique de la pédagogie Steiner Waldorf. Des petits nains travaillent aux changements de saisons, peignent les fleurs, peignent les oeufs de Pâques, récoltent des graines pour les animaux etc... Les textes sont en vers, ce qui est assez rare dans la littérature jeunesse, et je le trouve agréable à lire.

     

    Le week-end s'achève et demain mademoiselle D retournera à l'école. Changement de rythme encore, et pour très peu de temps. Mini L retournera à la crèche en fin de semaine et elle trépigne d'impatience. Si ma D était heureuse de rester à la maison pendant trois mois, la mini m'a énormément réclamé sa crèche et était triste de ne plus pouvoir y aller. Je crois que demain, ça va être dur de voir partir sa soeur à l'école. On va accompagner tout ça...

    Je vais profiter de ce temps que je vais avoir pour travailler un peu et avancer dans le gros désencombrement de la maison. J'espère avoir bien avancé avant notre départ en vacances !

    Et vous, de grands changements d'emplois du temps par chez vous aussi ? Et si vous fêtez aussi les saison (ou la musique, ou les papas) n'hésitez pas à me raconter votre week-end, je suis toujours heureuse de vous lire ! :)

    A bientôt !

    - Lilaluna -

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour bonjour !

    Aujourd'hui je vous présente une petite activité de découverte des instruments de l'orchestre. Mardi dernier, jour de musique, je n'avais pas réussi à mettre en place d'activité, car il avait fallu s'adapter à de petits contretemps dans la matinée... L'après-midi, alors que la mini avait fini sa sieste et que mes filles se prélassaient dans le soleil sur le sol du salon, ma grande me demande : "Maman, c'est quoi un tuba ?".

    Je ne sais pas où elle en a entendu parler, c'est la spécialiste pour ressortir des semaines plus tard un mot entendu un jour, dans un contexte particulier, et j'arrive rarement à trouver d'où ça vient... Mais là, je me rappelle qu'il y a deux mois nous avons écouté Piccolo saxo... Voilà peut-être l'origine de sa demande ! Alors ni une ni deux, je sors mon matériel pour lui répondre.

    Pour mes activités d'éveil musical, j'avais acheté le très beau coffret de Lydie Maud : L’éveil musical d'après la pédagogie Montessori. Il contient un livret très complet d'activités, un CD plein d'oeuvres du répertoire (musique classique, musique d'orchestre...)  pour cibler des paramètres ou des timbres instrumentaux, et des cartes de nomenclature des instruments et des différents paramètres de la musique.

    Découverte des instruments de musique

    J'aime beaucoup ces cartes ! Les cartes renseignées (avec nom de l'instrument) ont de très belles photos qui permettent de voir les particularités de chaque instrument : un pavillon ? des clés ? des cordes ? un archet ? une anche ? des baguettes ? Les cartes non renseignées montrent l'instrumentiste qui joue de l'instrument. On peut alors découvrir la taille réelle de l'instrument et la position de l'instrumentiste.

    Nous avons utilisé un scotch collé au sol que nous utilisons habituellement pour la motricité, et déposé au dessus chaque carte renseignée après les avoir regroupées par familles :

    - famille des cordes frottées avec un archet ("oh ! comme Papou ! - oui, c'est ça, le violon !")
    - famille des cordes pincées ("oh ! comme ta guitare maman ! et ton ukulele !")
    - famille des bois ("oh une flûte traversière, comme ta flûte !")
    - famille des cuivres (comme... personne dans notre entourage, d'où le fait qu'elle connaisse moins)
    Et nous avons laissé la famille des percussions à mini L qui voulait participer aussi à l'activité.

    Puis nous avons pris les cartes non-renseignées, avec instrumentistes, pour faire une mise en paires en nommant chaque instrument dès qu'on posait la carte.

    Découverte des instruments de musique

    Découverte des instruments de musique

    Ensuite, j'ai sorti mes figurines d'instruments et les filles les ont déposées sur les cartes correspondantes.

    Découverte des instruments de musique

    Découverte des instruments de musique

    Après comparaison de la figurine (très fidèle !) avec la photo, mademoiselle D a corrigé l'erreur de sa soeur.

    Découverte des instruments de musique

    Découverte des instruments de musique

    Mais oui, c'était bien une clarinette !

    Découverte des instruments de musique

    Attention au piège ! Le saxophone est doré comme les cuivres, mais fait partie de la famille des bois !
    Il a le même type de bec que la clarinette !

    Découverte des instruments de musique

    Voilà donc les cuivres, et le fameux tuba...
    Et la figurine de trompette a été déplacée juste après pour déposer le tuba à la place.

     

    Si vous souhaitez reproduire cette activité à la maison, vous trouverez le coffret de Lydie Maud en librairie (n'hésitez pas à faire commander pour soutenir vos librairies de quartier !).
    Vous pouvez aussi imprimer chez vous des cartes de nomenclatures, comme celles réalisées par Anaïs Galon, autrice du site Montessori mais pas que.
    Lydie Maud explique l'activité en trois temps typique de la pédagogie Montessori sur son site , puis la mise en paires dans un deuxième article.

    Et bien évidemment, écoutez les timbres des instruments.
    J'utilise souvent "Piccolo saxo" dans les écoles, en séparant chaque écoute d'une famille, le temps de découvrir les instruments de cette famille plus en profondeur.
    Vous pouvez aussi aller sur Youtube : la playlist de l'Orchestre de Paris "Figure de notes" offre toute une série de vidéos de présentations d'instruments. Elles durent une dizaine de minutes. Si les explications sont plutôt à destination des plus grands, les plus jeunes auront la possibilité de découvrir le timbre en début de vidéo : chaque instrument joue quelques secondes de sa partie dans le Boléro de Ravel, puis une gamme.

    J'espère que cet article vous donnera envie de proposer une activité de découverte d'instruments, même si vous n'êtes pas expert. Avec ces deux mois à la maison à expérimenter l'instruction en famille, je me rends compte à quel point nous apprenons aussi, nous adultes, auprès de nos enfants. Avec un peu d'humilité, il est facile de se laisser guider par leurs envies et leur curiosité.

    Aussi, je me rends compte que par peur de leur mettre trop de pression sur les épaules, je n'avais jamais vraiment proposé à mes filles d'activité d'éveil musical avec des connaissances plus poussées que juste des chansons, des jeux de doigts et un peu de percu corporelle... Il s'agit de ma profession, alors des élèves de leur âge, j'en ai eu beaucoup ! Je crois que cette première activité m'a ouvert une porte pour aller vers un pan de l'éveil musical un peu plus théorique. Par exemple, mademoiselle D m'a demandé récemment de lui apprendre les notes de musique. Alors je pense vous présenter une nouvelle activité bientôt...

    A très vite !

    - Lilaluna -

    Pin It

    votre commentaire
  • Il y a des mois de ça, j'avais commencé un article sur ce sujet : préparer l'arrivée de bébé de façon simple et minimaliste. Il devait y avoir un article par jour pendant cinq jours. Pas très minimaliste n'est-ce pas !? Haha !

    Alors voilà, même si tous les bébés de mes amies qui pouvaient être intéressées par ces articles sont nés (oui, des mois je vous dis...), je suppose qu'il en naitra encore et que cet article servira bien à quelqu'un. Lorsque j'étais enceinte de ma première fille, j'avais beau me renseigner encore et encore sur le matériel jugé nécessaire, il était difficile de se faire un avis. Parce que voilà : il n'y a pas de vérité, chacun doit trouver ce qui correspond à sa propre famille en fonction des choix de vie. Mais puisque j'ai trouvé très peu d'articles à l'époque parlant de simplicité volontaire avec bébé, ce que je pourrais raconter ici inspirera peut-être quelqu'un ayant choisi ce mode de vie.

    Je vous partage donc ce qui nous a semblé indispensable ou non, car notre avis a pu changer en cheminant et avec l'arrivée de notre deuxième, pour accueillir bébé le plus simplement possible.

    Le sommeil 

    Au début de vie, et pendant un certain temps, je dirais qu'il n'y a besoin de rien (boum, je mets les pieds dedans !). Ne partez pas, je m'explique. Pour mademoiselle D, nous avions acheté un lit à barreaux. Un très beau, en bois massif, tout simple, mais pas du premier prix suédois, non, du fabriqué en France (notre plus grosse dépense pour bébé). Résultat, elle dormait sur nous presque tout le temps. Je m'en servais pour la poser mais ça durait à peine un quart d'heure (merci le reflux). Nous avons fini par faire du cododo, matelas au sol, tous les trois. On dormait mal, on a mis son petit matelas au sol dans sa chambre et ça allait un peu mieux. Elle avait 4 mois. La suite je vous l'abrège, mais son lit a été monté et démonté au moins quatre fois et le fait qu'elle dorme dedans ou non n'a rien changé : de toute façon elle dormait peu et hurlait la moitié de la nuit - youhou !

    Accueillir bébé simplement

    Tout ça pour dire qu'il peut être bien d'avoir un endroit où poser son bébé pour qu'il soit en sécurité le temps d'aller prendre une douche, de manger, ou de s'allonger seule dans le lit même 10 min. Mais cet endroit n'est pas forcément un lit à barreaux. Nous l'avons ressorti pour mini L, et elle a à peine dormi dedans. Ça doit bien se compter sur les doigts de mains et de pieds, mais elle a 24 mois, donc ça fait peu. J'ai décidé de le vendre, ça ne sert à rien de le garder "au cas où", puisque "au cas où"... et bien on fera sans.

    A part cette question matérielle, niveau habillage je dirais 4 ou 5 pyjamas et une petite dizaine de bodys.
    Selon la saison et la température de la chambre, bébé dormira en body + pyjama, juste body ou juste pyjama. La mini née au printemps, qui dormait avec moi, était toujours en body puisqu'on se tenait chaud. Idem pour la grande, finalement elles ont peu porté leurs pyjamas. Ah et pour la gigoteuse, faites selon la saison, ici mini L a toujours détesté, alors je vais revendre celles qu'on a.

    Se promener

    Que ce soit dehors où à la maison, notre moyen de locomotion pour bébé, c'était... nous. Nous n'avons pas acheté de poussette avant la naissance, pour finalement récupérer une poussette cane par hasard que nous avons utilisée de temps en temps à partir des 10 mois de mademoiselle D. Entre temps, c'était écharpe et porte-bébé (encore une raison qui fait que mes filles étaient toujours en body : toujours contre nous !)

    Je les range vraiment dans les indispensables : que ce soit une écharpe extensible, ou tissée, un mei tai ou un préformé, un moyen de portage physiologique (j'insiste sur le "physiologique", il en va de votre confort et de celui de votre tout petit) va sauver vos journées. Contact sécurisant comme un prolongement des neuf mois passés dans le ventre, aide pour calmer les pleurs, mains libres pour le parents qui peut faire quelques activités ou s'occuper des plus grands... Le portage est vraiment un outil formidable dans la parentalité. Il faut juste être un peu guidé.e au début pour choisir celui qui nous convient et apprendre à s'en servir correctement (toujours pour le confort... et la sécurité !).

    Accueillir bébé simplement

    Pour des trajets un peu plus longs, ici pas de voiture mais un vélo cargo. Des amis nous ont prêté un cosy que nous avons sanglé dans la caisse et à nous les balades en famille !

    Accueillir bébé simplement

     

    Les soins

    Encore là, je vais dire qu'il n'y a besoin de rien pour se laver. Pour mademoiselle D, nous avions une petite baignoire Shantala que nous avons beaucoup aimée, mais ça a duré peu de temps puisqu'à partir du moment où elle s'est mise debout il y avait un risque qu'elle bascule. Ensuite elle nous a servie comme bassine pour décrasser les couches lavables !!

    Alors voici quelques options :
    - se laver avec bébé (la tétée dans le bain, un pur bonheur...)
    - le bain libre : un fond d'eau dans la baignoire ou la douche, un petit tapis ou une serviette pour ne pas glisser et une salle de bain bien chauffée font l'affaire. La mini adorait ça, elle battait des jambes comme une petite grenouille !
    - l'évier de cuisine : bien propre, évidemment, il est à bonne hauteur pour ne pas vous casser le dos.

    Accueillir bébé simplement

    Pour ce qui est des produits : un pain de savon surgras biologique, une huile neutre, de tournesol désodorisée par exemple (pour les massages et si l'eau est très calcaire), de l'eau et du liniment pour le change, et une crème en cas d'érythème fessier (ici on utilise toujours celle de Weleda qui est très cicatrisante, je m'en sert même parfois pour les petits bobos).

    Et puis des cotons lavables et du percarbonate de soude pour les faire tremper avant nettoyage si liniment dessus (et pour le décrassage des couches lavables plus tard : nous avons commencé à 2 mois).

    N'achetez pas trop de paquets de couches taille 1 en avance, vous ne savez pas encore de quoi aura exactement besoin votre bébé, selon sa taille de naissance et sa vitesse de croissance.
    Pour les couches lavables, une vingtaine de couches suffisent normalement pour une machine tous les deux jours. Cliquez sur le lien pour en savoir un peu plus sur le matériel spécifique aux couches lavables.

    Un meuble à langer n'est pas nécessaire, une commode peut faire l'affaire avec un petit matelas à langer ou une serviette pliée en quatre. Certains changent leur bébé un peu partout dans la maison : sur le lit, directement au sol, sur la table du salon... Il suffit de déplier un petit tapis à langer ou une serviette et zou !
    Ici, nous nous sommes installés sur la machine à laver, ce qui permet d'avoir le lavabo à proximité pour mouiller les cotons lavables.


    Les repas

    Je vais encore mettre les pieds dedans mais... presque rien.
    Nous avons choisi l'allaitement maternel donc tout est disponible et à la bonne température ! Mais je ne dis pas là qu'allaiter est simple alors si vous faites aussi ce choix, avant d'acheter toutes les crèmes, tisanes et foulards cache-tétées, commencez par chercher une personne qui pourra vous soutenir et vous accompagner en cas de difficultés. Personnellement, j'ai acheté des bouts de seins en silicones, des coquillages très jolis mais inutiles dans mon cas, des tisanes qui n'ont fait qu'accentuer mon réflexe d'éjection déjà trop fort, jusqu'à comprendre de quoi j'avais vraiment besoin grâce à des animatrices de LLL.

    Accueillir bébé simplement
    Crédit photo : Marion Leuger

    Voilà ce qui pourrait être utile au début de l'allaitement (j'avais déjà fait un article dont je vous mets le lien) : des soutiens gorges confortables (attention on peut doubler de taille avec la montée de lait !), et des coussinets pour absorber les fuites de lait. Les coussinets lavables sont très bien, à condition de les entretenir correctement en les décrassant de temps en temps comme les couches lavables et en les lavant de temps en temps à 60°.

    Accueillir bébé simplement
    Voilà ce qui arrive quand on oublie ses coussinets...

    On nous avait conseillé d'acheter un biberon, "au cas où". Il n'a jamais servi, ni pour l'une ni pour l'autre. Et s'il avait fallu leur donner mon lait en mon absence, on aurait pu leur donner à la petite cuillère ou au verre. Ou alors elles auraient simplement attendu un peu plus longtemps pour téter. Utiliser d'autres moyens que le biberon, c'est aussi éviter la confusion sein-tétine qui peut ruiner un allaitement (pas toujours, mais ça arrive, il me parait important de le mentionner).

    Et puis des langes. Des langes, des langes et des langes. Des langes pour le reflux de bébé, des langes pour éponger la montée de lait, des langes pour essuyer, pour protéger nos vêtements, pour vider les seins trop pleins, pour servir de bavoir, de couverture pour bébé, de foulard pour maman...

    La chaise peut arriver plus tard. Notre D passait nos repas... dans nos bras. Le bébé qui tète quand maman mange... typique, mais pas confort ! Alors au début, mini L était dans l'écharpe. Puis nous avons acheté une chaise évolutive qui nous a permis de l'installer près de nous, à notre hauteur. Mais ça ne durait jamais, elle finissait au sein ("bah oui, c'était l'heure du repas pour tout le monde, non ?"). Donc je pense qu'on aurait pu attendre un peu plus longtemps et continuer avec l'écharpe... Ou la poser sur une couverture près de nous.


    L'éveil

    Transition parfaite, puisque la première chose à avoir est une couverture ou un petit tapis à poser par terre pour y déposer bébé. Si le parc à barreaux peut-être intéressant lorsqu'on a des chiens ou des plus grands enfants très turbulents,  ce n'est clairement pas un indispensable. Ceux qui me lisent depuis longtemps savent que nous sommes plutôt pour la motricité libre : laisser bébé évoluer à son rythme en lui offrant un environnement riche de découverte dans tomber dans la surstimulation.

    Le premier jeu pour le bébé, c'est nous-même. Les expressions de notre visage, les mouvements de nos mains, la couleur de nos vêtements, les modulations dans notre voix... Voilà de quoi s'occuper déjà un moment !

    Puis lorsque bébé commence à observer plus intensément, notamment la lumière du soleil entre les stores, sur les murs ou au plafond, on peut lui proposer des mobiles. Les mobiles Montessori sont très intéressants car adaptés à l'évolution de bébé. Le premier, le mobile de Munari en noir et blanc, se propose dès 3 semaines. Le bébé va l'observer bouger lentement et développer son attention. Puis il y a encore les octaèdres de couleurs primaires, le mobile de Gobbi, les danseurs... Bref, de quoi bricoler ! Voilà pourquoi je vous en parle déjà, ça peut être intéressant de les préparer à l'avance.

    Accueillir bébé simplement

    Proposez plus tard, quelques objets de différentes textures : hochets en bois avec ou sans son, petites balles en tissu ou avec une forme particulière, rubans suspendus, cuillère en bois, petit bol en inox... Évitez les jouets trop stimulants comme ceux qui font de la lumière et de la musique. Les sons sont souvent de très mauvaise qualité et la surstimulation peut entraîner un"trop plein" qui finira en crise de pleurs.

    Accueillir bébé simplement
    Hop on s'approprie les jouets de la grande soeur !

    L'interaction avec vous reste le meilleur jeu de votre enfant alors proposez des chansons, chantez des comptines, racontez des petites histoires avec vos mains et vos doigts. Ces activités, en plus de fixer l'attention de l'enfant, de l'apaiser ou de l'amuser, participeront à la construction du lien entre vous et lui ♥

     

    Alors, on résume avec une petite liste ?

    Un endroit pour poser bébé (votre lit, un topponcino, un couffin, un petit tapis)
    Quatre ou cinq pyjamas et une petite dizaine de bodys (au début on en change souvent)
    Un moyen de portage
    De quoi se déplacer pour les trajets plus long (siège auto, cosy)
    Un savon surgras
    Une huile neutre
    Du liniment
    Une crème de change
    Des cotons lavables
    Du percarbonate de soude
    Un ou deux paquets de couches taille 1 ou une vingtaine de couches lavables
    Une personne pour le soutien à l'allaitement ♥
    Deux ou trois soutien-gorges confortables
    Des coussinets d'allaitement
    Des langes (cinq à dix)
    Une couverture ou un petit tapis pour poser bébé au sol
    Des mobiles (à partir de 3 semaines)
    Quelques hochets et balles (ça peut attendre aussi)
    Des chansons à apprendre en avance pour que ça soit un automatisme quand bébé est là ♥

     

    Voilà, c'était un article qui change un peu et qui m'a donné l'occasion de me replonger dans les photos de mes bébés... Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser en commentaire et je serais ravie de savoir quels ont été vos essentiels à vous si vous avez déjà accueilli un bébé ou plus !

    Bonne fin de journée et à demain pour une activité musique !

    - Lilaluna -

    Pin It

    3 commentaires
  • Bonjour tout le monde !

     Je reviens pour vous montrer deux activités jardinage des semaines précédentes. Je reprécise, pour ceux qui arrivent en cours de route, que je suis une vraie newbie du jardinage et que mes premières plantes vertes et cactus ont eu un destin tragique... C'est finalement le fait d'être avec mes filles qui me pousse à expérimenter et à apprendre petit à petit.

    Ayant fait une première bouture de ma plante araignée il y a quelques mois et voyant que c'est vraiment facile et gratifiant (merci petite plante magique ), je me suis dit que j'allais faire faire la suivante à mademoiselle D. Parce que la plante mère n'arrête pas de faire des bébés et qu'une plante est un petit cadeau sympa.
    L'idée de s'occuper d'un bébé plante a beaucoup plu à ma grande, et celle de l'offrir ensuite à une amie qu'elle n'a pas vue depuis des semaines, encore plus !

    Je lui ai donc donné le matériel et les directives et elle a tout fait seule. J'avais simplement coupé la branche avec le bébé (oui je continue de l'appeler comme ça) pour le faire tremper dans l'eau quelques jours, le temps que ses racines poussent. Et ô miracle, sa petite soeur mono-feuille a fait une petite racine aussi. Nous lui avons donc donné sa chance. Je me demande à présent si elle a survécu. Le déconfinement (et les retrouvailles avec les amis chez qui nous avons déposé notre bouture) nous le diront !

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

     

     

     Pour la deuxième activité, nous devions rempoter des capucines plantées dès le premier vendredi confiné, le 20 mars. J'avais dans mes placards un kit avec trois petits pots pour planter des coquelicots (pour mlle D), tournesols (pour moi) et capucines (pour mini L). Si nous n'avons jamais aperçu le tournesol et que les coquelicots sont morts en une semaine, les capucines font aujourd'hui un sacré buisson... et ne fleurissent pas. Si quelqu'un sait pourquoi, je veux bien des pistes !

    Bref, lorsque j'ai pris ces photos, il était largement temps de les délivrer de leur pot minuscule pour leur donner un peu plus d'espace. Encore une fois, ma grande s'en est chargée, j'ai juste extrait doucement les sept pieds pour être sûre qu'ils ne se casseraient pas. Sur la dernière photo, vous pouvez voir la taille des petits pots en terre cuite d'origine.

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

    Bouture et rempotage...

     

     Si toutes ces expériences de jardinage ne sont pas extraordinaires, elles commencent quand même à faire partie de notre quotidien et nous donnent envie d'expérimenter toujours plus. Moi qui ai toujours détesté jardiner chez mes parents, quand j'étais adolescente, je rêve maintenant d'avoir un jardin et mon potager... Ce n'est pas pour tout de suite. Mais faire entrer un peu de verdure dans notre appartement fait déjà beaucoup de bien.

    Et chez vous, est-ce que c'est vert ?
    Êtes-vous plutôt plantes vertes, balcon, petit jardin ou as de la permaculture ?

    Je vous souhaite un bon week-end et vous dis à très bientôt

    - Lilaluna -

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour, j'espère que vous allez bien.

    Cet article arrive peut-être un peu tard pour ceux qui seront très bientôt dé-confinés, mais ici et dans beaucoup de foyers je pense, le confinement va encore durer un moment... Et si nous aurons peut-être bientôt la possibilité de refaire du vélo et retourner dans les parcs (avec des masques), nos filles ne retourneront pas à l'école ni à la crèche.

    Pourtant, nous avons tous deux besoin de temps, pas que nous soyons en télétravail, mais nous travaillons beaucoup à la maison habituellement (envoi de mails, recherches, dossiers à rédiger, création, etc...) et le temps que nous pouvons y consacrer est réduit à pas grand chose depuis mi mars ! Alors nous avons du trouver des solutions que je vais vous partager ici, car il n'a pas toujours été possible de se relayer pour travailler.

    Avant toute chose, il y a un principe que j'ai mis du temps à intégrer, mais qui est extrêmement important pour que notre enfant accepte de rester seul un moment (seul ne veut pas forcément dire isolé, l'enfant pouvant jouer tranquillement près de nous, sans nous solliciter). Son réservoir affectif doit absolument être rempli. Sans cela, il viendra nous chercher encore et encore et nous pourrons nous arracher les cheveux. Si c'est le cas, prenez d'abord le temps d'être avec votre enfant. Mais VRAIMENT. Passez un temps de qualité : une discussion sur ses centres d'intérêt, un jeu de carte pour les plus grands, une histoire sur les genoux, un gros câlin ou une petite activité avec les plus jeunes, sans téléphone ni télé allumée, sans être distrait, être entièrement avec eux.

    Quand on doit occuper les enfants

    On peut prévenir à l'avance de comment ça va se passer : "on fait une partie et ensuite je vais travailler". Ici les transitions sont parfois compliquées, alors si vous avez des idées pour que ça se fasse en douceur, n'hésitez pas à commenter, je suis toujours preneuse de nouvelles idées ! Voilà ce que je propose pour ma part :
    - demander ce que l'enfant compte faire pendant ce temps où nous serons occupés,
    - ou lui faire une proposition : "tu veux ton cahier à dessin ?", "tu veux que je te descende l'album photos ?"
    Mais seulement si on voit que l'enfant tourne en rond et revient toujours vers nous (certains enfants ont l'air d'avoir un gigantesque réservoir). Je garde en tête qu'en laissant notre enfant s'ennuyer, on le pousse aussi à chercher des idées de jeu, à être créatif, ou à simplement être, tranquille, sans forcément faire quelque chose.

    J'écris cet article en y allant vraiment avec des pincettes, je ne veux pas avoir l'air de dire qu'il faut sans cesse occuper nos enfants, toute la journée, leur trouver des activités, être comme des animateurs de centre de loisir ou des enseignants qui font la classe et donnent des consignes. Toutes les activités que j'ai proposées depuis le début de ce confinement nous prennent ici entre 30 minutes et 1h  dans notre journée, le reste du temps étant surtout consacré au jeu libre et à la vie de la maison (cuisine, repas, linge, rangement...). Alors aujourd'hui, je donne des idées pour occuper vos enfants lorsque vraiment rien ne fonctionne et que vous avez absolument besoin de dix à trente minutes, ou une heure pour les plus grands.

     

    Occuper les petits

    Voici ce qui marche pour nous, lorsqu'il faut occuper la mini, tout juste 2 ans.

    Le bac sensoriel

    Nous n'avons pas un bac à proprement parler, mais un plat de cuisine ou une boite en plastique fait l'affaire.
    De la semoule, du riz, du sable, de la terre, des haricots secs ou maïs à pop corn, des pâtes, de l'herbe coupée...
    Et puis des contenant, bols, pichets, pelles, cuillères, pince à sucre, tube de vitamines, pot de yaourt vide, boite avec couvercle... Ou des figurines, animaux, personnages, petites voitures...
    Et voilà un bon temps de jeu et d'exploration sans trop de préparation.

    Pour éviter trop de dégâts, selon la matière proposée à l'enfant (genre la terre, l'eau, la semoule, le sable magique...), vous pouvez utiliser une nappe posée au sol, un grand tissu, ou une petite piscine.

     

    Quand on doit occuper les enfants

     

    L'invitation à jouer

    Papa change la couche de la mini après la sieste? Vite j'installe une petite scène de jeu pour elle !
    Quelques pièces de construction pour faire une maison, deux ou trois personnages et lorsqu'elle revient elle reste en moyenne 10-20 minutes à jouer sur le tapis. C'est toujours ça de pris pour terminer ce qu'on faisait !

    Quand on doit occuper les enfants

    L'invitation à jouer, ça peut aussi être une boule de pâte à modeler posée sur la table avec quelques ustensiles.
    Lorsque je me lève pour remplir mon verre d'eau, j'en profite pour relancer le jeu en proposant de refaire une boule avec les petits morceaux éparpillés sur la table et en l'écrasant un peu au rouleau. Mini L crie "toute seule !", je lui donne le rouleau et c'est reparti pour un moment.

     

    L'activité à côté de papa/maman

    Parfois les filles aiment simplement être près de moi au bureau. Elles prennent une feuille, des gommettes, ou me demandent mes crayons de couleurs (c'est toujours mieux que les leurs, hein, c'est bien connu !) et dessinent à côté de moi, pendant que je finis de répondre aux mails. En général, je ne fais pas durer trop longtemps, car la tentation est grande de regarder par-dessus mon épaule ! ^^

    Quand on doit occuper les enfants

    Quand on doit occuper les enfants

     

    Occuper les (un peu) plus grands

    Ma grande a 5 ans, ce n'est pas forcément très grand, mais c'est déjà un peu différent de sa soeur, même si tout ce que j'ai dit plus haut fonctionne aussi pour elle. De nouvelles idées :

    La liste de choses à faire

     J'avais trouvé sur le site de Laetitia Hervy, Ensemble naturellement, une liste de choses à faire pendant les vacances avant d'avoir accès aux écrans, ceci dans un but d'éviter que les enfants n'allument la télé dès le matin en se levant. Ici point de télé, mais la demande de regarder un dessin animé sur l'ordinateur était parfois insistante et nous voulions être sûrs qu'elle avait pensé d'abord à d'autres alternatives pour s'occuper. Nous avons donc instauré cette habitude avant de regarder quoi que ce soit : vérifier que la liste était complétée.

    Je reviendrai plus bas sur la question des écrans, mais je voulais vous partager cette liste, car nous nous en servons aussi de temps en temps simplement pour donner des idées à mademiselle D. Lorsque nous avons besoin d'un peu de temps, notamment pendant la sieste de mini L, il m'arrive de demander "au fait qu'as-tu déjà fait dans ta liste ?" Elle file vers le frigo et pose des aimants sur tout ce qu'elle a déjà fait. Restent certaines choses qu'elle décide ou non de faire (pas d'obligations, seulement des propositions). Par exemple elle aime bien en profiter pour faire son lit ou se laver les dents (je vous rassure, pas à chaque fois, mais quand ça arrive j'ai un petit "yes !" dans la tête). Le plus souvent, elle va se diriger vers une activité qu'elle n'a pas encore faite dans la journée : dessiner, lire, jouer avec des personnages ou faire une construction...

    Quand on doit occuper les enfants

     

    Le temps calme et la notion du temps

    Depuis que nous sommes confinés et donc tous ensemble 24/7, nous (les parents) avons absolument besoin d'une petite pause, juste 20 minutes, pour souffler pendant la sieste de la mini. Or, mademoiselle D ne fait pas la sieste et a besoin de temps privilégié avec chacun de nous. Alors nous lui avons écrit l'heure de fin de temps calme sur un papier, et collé sur l'étagère près de son réveil. Elle ne sait pas encore lire l'heure, même si nous y travaillons car c'est une demande de sa part, mais elle peut reconnaitre les chiffres numériques.
    En attendant, elle s'installe dans son petit fauteuil pour lire. Si au tout début elle était fixée sur son réveil et attendait de reconnaitre les chiffres du papier, maintenant elle profite de ce temps. Aujourd'hui, elle a même laissé passer l'heure et a lu quinze minutes de plus !

    Quand on doit occuper les enfants

    On m'a beaucoup parlé du time timer, qui permet de visualiser le temps restant, puisqu'il est en rouge sur le cadrant. Personnellement, je le trouve un peu cher alors on fait avec les moyens du bord !

    Quand on doit occuper les enfants

     

    Notre rapport aux écrans

    Ce que je vais écrire ici nous est vraiment personnel, c'est ce que nous avons choisi et pratiquons dans notre famille. Évidemment, dans un temps comme ce confinement, il peut être tentant de mettre notre fille chaque jour devant un dessin animé. Hop, une heure de travail tranquille pendant que sa soeur dort ! Mais non.

    Nous avons choisi de lui laisser regarder un petit film ou dessin animé le mercredi et le samedi uniquement. Elle sait que le jour du sport et le jour du pain, elle a accès à l'ordinateur au début de la sieste de sa soeur, après avoir vérifié qu'elle avait fait un maximum de choses de la liste (bon, elle sait qu'avec le confinement, elle ne va pas forcément dehors avant). Elle peut regarder 30 min environ, pas plus, et nous choisissons avec elle ce qu'elle regardera : j'ai mis un veto sur Raiponce et La reine des neiges, bien trop rapides et excitants. Car notre D est vraiment très sensible aux écrans et nous savons qu'en dépassant le temps de 30 minutes ou en la laissant regarder quelque chose de trop rapide, il y a une crise derrière, même une heure après. Il suffit de voir son visage en fermant l'ordinateur : elle est rouge, elle a chaud, mal au crâne et est de mauvaise humeur...

    Alors je ne vais pas mentir puisque c'est l'objet de cet article, je profite de ce temps de dessin animé pour faire autre chose, je ne suis pas forcément assise à côté d'elle, mais ça ne m'empêche pas de réagir parfois en écoutant le film de loin, ou de demander si tout va bien = elle décroche un peu, reste active, me répond, me raconte, respire un bon coup, boit éventuellement un verre d'eau.

    Et puis je ne m'en fais pas sur le contenu, puisque depuis le début du confinement elle ne demande quasiment QUE Totoro

    Quand on doit occuper les enfants

     

    Une alternative aux écrans et un cadeau merveilleux pour mademoiselle D

    J'en viens à la dernière proposition.

    Ici, nous sommes de grands amateurs de podcasts et histoires à écouter. Chaque jour, nous les utilisons pour
    - retrouver le calme après un moment d'excitation
    - patienter avant que le repas soit prêt
    - parfois même, nous mangeons en écoutant tous les quatre trois
    (la mini n'est pas encore réceptive... mais alors pas-du-tout-du-tout !)
    - et bien sûr, pour occuper notre grande

    Je vous partage ci-dessous ceux que nous aimons bien :

    Quand on doit occuper les enfants

     Je n'aime pas le "vous avez été sage, vous êtes sûrs ?" dans l'introduction, mais à part ça, les histoires sur fond de musique classique sont très agréables à écouter ! Attention toutefois à vérifier l'âge conseillé avant de lancer une histoire, certaines sont à destination des plus grands.

     

    Quand on doit occuper les enfants

     Des petites histoires courtes, adaptées à l'âge de ma D mais pas simplistes, aux thèmes variés...

     

    Quand on doit occuper les enfants

     Pour le coup, nous avons eu de gros fous-rires en écoutant certaines de ces histoires !
    Je ne les recommande pas pour aller se coucher, retour au calme pas du tout garanti ^^

     

    Quand on doit occuper les enfants
    Les Odyssées sont à destination des plus grands mais mademoiselle D a beaucoup aimé écouter l'histoire d'Aliénor d'Aquitaine et celle de la mission Apollo 11.

     Et pour finir avec cette histoire de cadeau merveilleux... Mes parents, sachant que mademoiselle D adorait écouter des histoires, ont décidé de s'enregistrer pour lui offrir des contes à écouter pour son anniversaire. Bon, avec un musicien pro, une ancienne bibliothécaire-comédienne-enseignante et une future bibliothécaire (ma soeur), je dois dire que le résultat est au top du top, avec jingle, voix différentes pour chacun des personnages etc... !

    Nous avons donc à ce jour dix contes à écouter, envoyés par mail, que je pourrai éventuellement télécharger pour les mettre dans le mp3 de ma grande. En attendant, on branche le téléphone sur une enceinte et tout le monde en profite (même les voisins ! Je me demande s'ils connaissent le jingle par coeur haha ^^). Ou alors on met le son tout bas juste pour elle, et elle s'assoit à côté pour dessiner ou juste écouter.

    Ce cadeau, en plus d'intéresser très fortement mademoiselle D, a permis de créer un lien fort avec mes parents et ma soeur pendant ce confinement. Entendre leurs voix lire tout spécialement pour elle l'a énormément touchée et m'a donné l'impression qu'ils prenaient le relais pendant quelques minutes, comme lorsque nous sommes chez eux. Quand je parlais au début de remplir le réservoir affectif de l'enfant, ces écoutes le permettent presque autant qu'en passant un moment avec son papa ou moi. Alors je suis vraiment reconnaissante pour ce cadeau !

    L'article touche à sa fin ! Bravo et merci si vous êtes arrivé.e jusqu'en bas ! J'espère que ces idées vous serons utiles, n'hésitez pas à me faire un retour ou à me donner de nouvelles idées, notamment pour les transitions.

    Je vous souhaite une bonne semaine, profitez bien de votre famille

    - Lilaluna -

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires