• La semaine internationale du portage

    Le saviez-vous ? Demain se termine la semaine internationale du portage. Et comme nous portons notre poussinette depuis sa naissance, j'avais envie de vous parler de notre expérience.

    Si vous avez suivi, poussinette est née à Bruxelles. Dans cette ville, tous les trottoirs sont pavés. Autant vous dire que poussettes et talons hauts ne font pas bon ménage avec la capitale de l'Europe ! A moins d'acheter un carrosse à grandes roues (Cendrillon ça vous parle ?) ...à un milliard d'euros :)

    Non, franchement, la poussette très peu pour nous ! Et même sans parler argent ou qualité du terrain, nous étions d'accord là-dessus : notre bébé, on voulait le porter contre nous, aussi longtemps que nous le pourrions. Alors bien sûr, je ne suis pas là pour critiquer qui que ce soit, la poussette a aussi beaucoup d'avantages, je raconte simplement comment nous avons vécu le portage.

    Il nous fallait donc... un porte-bébé. Assez rapidement, je me suis rendue compte qu'il y avait des portes-bébés plus ou moins physiologiques. Et de grandes marques soit-disant spécialistes de la physiologie vendent des portes-bébés qui créent des tensions au niveau des hanches de bébé (vous savez, ceux où les jambes pendent, toutes droites !). Il suffit de regarder comment le nouveau-né se met naturellement contre vous quand vous le portez pour comprendre qu'il a besoin d'être lové de la même façon dans l'écharpe ou le porte-bébé : en boule, avec les jambes pliées.

    La semaine internationale du portageA gauche, vous pouvez voir que les vertèbres et les hanches subissent une tension dans cette position anti-naturelle


    J'avais bien envie d'une écharpe en non-tissé (un peu élastique) mais Alfredo me disait que quitte à avoir un porte-bébé, autant acheter quelque chose d'un peu... travaillé. Sinon, on pouvait toujours acheter n'importe quel bout de tissu ! Bon. On s'est mis d'accord sur un BB-Taï de la marque Babylonia, qui nous semblait un bon compromis entre le préformé et l'écharpe. Dans ce porte-bébé, il y a une petite culotte amovible et un appui-tête qui permettent de porter un bébé même tout petit.
    Pour preuve, nous sommes sortis de la maternité avec ! ♥

     

    La semaine internationale du portage
    ♥ 18 avril 2015 ♥


    Nous avons adoré porter poussinette et si c'était à refaire, je pense que je l'aurais encore plus portée.
    Sentir son bébé contre soi n'a pas de prix. Ça lui permettait de s'endormir paisiblement sans avoir le sein dans la bouche (encore une longue histoire que je vous raconterai un jour). Ca me permettait de faire pas mal de choses en ayant les mains libres. Et ça permettait aussi de créer un lien entre poussinette et son papa qui l'a beaucoup portée également.

    Mais voilà. Au bout de deux mois, plus possible de la faire entrer dans ce porte-bébé ! Elle était trop petite pour faire sans la culotte, mais se tortillait et pleurait chaque fois qu'on l'installait dedans.

    On dit que le bébé doit avoir les jambes en M pour être porté dans la position la plus physiologique possible. Seulement, un bébé de moins de 5 mois n'a pas l'ouverture de hanches nécessaire pour être porté sans adaptateur (culotte, cocon selon les modèles...). On le met alors en position "grenouille" (je ne sais pas si ce nom est très scientifique, mais je trouve l'image plutôt parlante ^^)

     

    La semaine internationale du portage
    En vérité, lorsqu'elle était toute petite, les pieds de poussinette se touchaient presque sous ses fesses


    Nous en étions donc à nous demander comment la faire entrer dans le BB-Taï jusqu'à ce que je craque et que j'achète un préformé : le Manduca ♥

    La semaine internationale du portage

    Avec ce porte-bébé, plus de bataille : on installait poussinette dans une culotte qui se rabat (oh combien plus simple à enfiler !), première bretelle, deuxième bretelle, "clic" et c'est parti !

    Ce porte-bébé nous a suivi partout, poussinette l'a suçoté et mordillé, elle a pu être allaitée pendant que je marchais dans la rue, nous l'utilisons (toujours) autant devant que dans le dos (pas sur le côté car j'ai vite mal au dos) et lorsque plus tard on lui disait "on sort !" elle courait jusqu'à la porte pour nous le montrer accroché à la patère. A présent elle court vers son casque et crie "vélo !!" Haha ^^

    Nous l'avons exclusivement portée jusqu'à ses 5 mois. Là, nous avons déménagé et ma cousine nous a donné sa poussette canne. Nous étions déjà dans un état d'épuisement extrême (la faute aux nuits, si vous avez suivi) et la poussette nous a soulagés pour quelques sorties. Mais hors de question de l'utiliser lorsque je devais prendre le bus. J'ai testé et c'est vraiment l'horreur !!

    Dans le bus, lorsque vous avez une poussette, non seulement c'est difficile à manier, mais en plus les gens vous regardent comme si vous gêniez. Lorsque vous portez votre bébé, les gens se lèvent toujours pour vous laisser une place et n'hésitent pas à engager la conversation :)

    Si je devais lister les avantages du portage, ça donnerait ceci :
    - une belle transition entre la vie intra et extra-utérine
    - un moyen d'aider bébé à digérer (surtout en cas de reflux !)
    - un moyen d'aider bébé à s'endormir sereinement
    - la possibilité de vaquer à ses occupations avec DEUX mains
    - un moyen de créer du lien entre bébé et son papa
    - la facilité d'aller partout même en "milieu hostile" (bus, escaliers, restaurant...)
    - la possibilité d'allaiter discrètement n'importe où (testé dans la rue, dans le tram, dans un magasin)
    - se faire câliner par son bambin qui crie "canin !!" en vous serrant fort fort ♥

    Je suis sûre qu'il y a d'autres avantages encore, mais je crois que c'est déjà bien :)

    Allez, je vous laisse avec une jolie photo de nous...

    La semaine internationale du portage

    ...et vous fais plein de bisous !

    - Lilaluna -

    Pin It

    4 commentaires
  • Voilà dix jours que nous n'avons rien écrit. Pourtant ce n'est pas faute d'idées d'articles. Plusieurs photos sont en attente, un petit tuto, une recette, encore des jeux et des activités... Mais nous n'avons pas l'énergie. Nous n'avons plus d'énergie.

    Je voulais écrire un article sur le sommeil de bébé (ou l'absence de sommeil, plutôt) et je ne savais pas par quoi commencer. Finalement, j'ai décidé d'attendre que le problème se règle... Et puis finalement non : je vais parler de l'épuisement des parents.

     

    La fatigue. Que dis-je... L'épuisement !

     

    Voilà plus de 14 mois que nous ne dormons pas. Trois nuits complètes depuis la naissance de poussinette. Lorsque j'en parle autour de moi, deux réactions : des yeux horrifiés et un air compatissant, ou alors un "oh oui, on connait, le nôtre se réveille encore souvent". Souvent... Quand je creuse un peu, j'apprends que le petit en question se réveille pour un cauchemar ou parce qu'il a chaud, une ou deux fois par semaine. Ah d'accord. Poussinette le bat à plate couture alors, avec ses 2 réveils minimum chaque nuit. Sans compter qu'un réveil peut durer 3h !

    Si je remonte dans le temps, je découvre qu'elle a fait ses nuit une courte période. Vers 3-4 mois, elle dormait parfois 5, 6, 7 ou 8h d'affilées. Mais depuis des mois on fait du 3h30 max en moyenne.

    Mais pourquoi ? Pourquoi un bébé dort et un autre non ?
    On nous a dit "c'est parce qu'elle est allaitée", "c'est parce que vous l'avez trop câlinée, il faut la poser dans son lit et puis voilà", ou "c'est parce qu'elle dort dans une autre chambre que vous, il faut faire du cododo"...
    Pour avoir essayé un sacré nombre de méthode, j'en arrive à cette conclusion : le sommeil d'un bébé tient un peu de son environnement et beaucoup de la loterie. Pourquoi sinon dans une fratrie l'un dort et l'autre non ?

    Ce qui me rend immensément triste aujourd'hui c'est que je ne peux pas être la maman bienveillante que j'aurais aimé être. Je n'en ai pas la force physique.
    J'aurais voulu donner le sein à la demande, mais poussinette pourrait vivre accrochée au sein et lui donner quand elle veut en journée occasionne des réveils toutes les heures la nuit, voire une volonté de dormir avec le sein dans la bouche.
    J'aurais voulu faire du cododo, mais soit j'allaite toute la nuit et me lève épuisée en ayant mal partout le matin (bonne pour un abonnement chez l'ostéo), soit je me fais escalader à 3h du mat' par une poussinette tout à fait réveillée qui ne comprend pas pourquoi on reste allongés sans bouger.
    Alors on essaye de sevrer la nuit. Et puis on la met dans son lit. Et quand elle se réveille pour la énième fois, on s'allonge sur le tapis de sa chambre, complètement désemparés.

    Je me suis fait la réflexion il y a peu, que j'avais envie de ne pas avoir de limite, de pouvoir donner sans compter. Puisque j'ai la chance de rester souvent à la maison et de ne travailler que quelques heures par semaine ça semblait faisable. Mais non. Ton corps te rappelle à l'ordre bien vite et c'est la valse des vertiges, nausées, fièvres... Un abattement terrible et un moral au plus bas. La crainte même de ne pas être capable de s'occuper de son enfant, la perte de confiance en soi. Sans parler des cheveux ternes, boutons sur le visage et autres joyeusetés. Alors papa prend le relais, alors on achète Picard pour moins cuisiner (heureusement qu'ils font des légumes bio ^^), alors tu recommences à te maquiller et tu tresses tes cheveux pour faire illusion.

    Être épuisé c'est aussi la difficulté de se faire à manger, de manger, de se laver, de s'habiller... Tout devient une épreuve. Je ne te parle même pas du ménage ! On a revu notre seuil de tolérance à la saleté et au désordre à la baisse, de toute façon poussinette marche depuis plus d'un mois et ne se traîne plus par terre.
    Par contre, lorsque c'est l'heure de son repas, c'est la panique dès qu'elle envoie sa cuillère dans tous les sens. Parce que "non, là, j'ai vraiment pas la force de passer l'aspirateur + l'éponge partout dans la cuisine ma poussinette !"

    Et puis la honte aussi, d'oublier des choses essentielles au travail : un document particulier et hyper important, un mail de rappel pour un événement envoyé seulement la veille au soir, un instrument de musique spécial pour une chanson (je revois encore la déception des enfants...), des affiches à distribuer pour faire de la pub... Ma devise est devenue "j'ai oublié ma tête".

    Quelque part, je sais que je suis chanceuse. En étant une maman qui connait d'autres mamans bienveillantes, beaucoup comprennent ou compatissent. Mais pour un papa... Qui comprend qu'un papa puisse être épuisé ? Épuisé par les nuits hachées, par le relais à assurer le jour quand maman n'en peut vraiment plus, par le boulot qui l'attend à l'extérieur..? S'il dit "désolé d'être en retard, mon bébé n'a pas dormi de la nuit", on lui répond "ah ouais, moi aussi je suis fatigué, j'ai fait la fête tout le week-end/je sors d'une séance de sport, et pourtant je suis à l'heure". Comment dire...

    Le plus dur dans tout ça, c'est de ne pas savoir ce qui se passe. Pourquoi elle se réveille si ce n'est pas par faim, soif, chaud, froid, cauchemar, mal au dents ou ailleurs ? Envie d'être avec nous ? Mais avec nous elle ne dort pas mieux et nous, beaucoup moins bien.

    On cherche des solutions. N'importes quelles solutions.
    On a lu et testé les méthodes de "Être parents la nuit aussi" de William Sears, "Une nuit paisible et sans pleurs" d'Elizabeth Pantley, sans compter les articles et recherches sur internet.
    On a également testé le 5-10-15, avec regret... qui est loin d'avoir fonctionné (la poussinette est capable de pleurer 2h30 non-stop, qu'on soit à côté d'elle ou non).
    Avec ou sans veilleuse, avec ou sans musique, avec ou sans tétine, biberon d'eau, biberon de bouillie de céréales, repas léger ou copieux, chansons, bercements, matelas horizontal ou incliné, homéopathie, fleurs de Bach, Doliprane (pour les dents ou fièvre), et comme je disais plus haut, cododo et allaitement à la demande...
    Si vous avez d'autres suggestions, nous sommes preneurs.

    En attendant, on va essayer de se reposer et tenir le rythme, et on reviendra vous montrer nos découvertes bientôt.

    Des bisous

    - Lilaluna -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Pin It

    6 commentaires
  • Si vous avez des enfants, vous vous êtes très certainement déjà retrouvé dans l'une des situations suivantes (et si vous attendez votre premier enfant, ça ne saurait tarder... hihi ^^) :

    - bébé hurle sur la table à langer et refuse d'être changé

    - bébé hurle dans sa chaise haute et refuse de manger

    - bébé hurle dans son bain et refuse de s'asseoir/d'être savonné

    - bébé hurle dans les transports en commun, dans un magasin, bref dans un lieu public et vous avez l'impression que le monde entier vous regarde

    Dans ces cas-là, on ne réagit pas toujours comme on voudrait. On a beau être le papa/la maman le/la plus aimant(e) du monde, la fatigue, l'impatience peuvent prendre le dessus assez rapidement et vous transformer en un monstre de colère que vous ne voulez absolument pas être.

    Finalement, ça importe peu que l'on soit très patient ou pas tellement, le tout est de connaître sa limite et de savoir réagir avant d'être sur le point d'exploser. Alors voici ce que je vous propose :

    chantez  !

    La musique adoucit les moeurs

    Chanter vous permet
    1) de vous détendre,
    2) de recentrer l'attention de votre enfant,
    3) de transformer un moment pénible en agréable moment de jeu et de plaisir partagé.

    Mais que chanter ? Chanson drôle, chanson douce, une chanson que vous connaissez et que vous appréciez. Vous pouvez autant chanter les Rolling Stones que "Ah vous dirais-je maman" ou "Frère Jacques". Ce qui compte c'est de changer la situation oppressante dans laquelle vous êtes, se détendre ou même carrément surprendre bébé. Les chansons avec onomatopées et sifflements fonctionnent très bien aussi ! ;)

    Ici nos tubes ont été

    Les oiseaux les plus gros pour le moment du change

    La famille tortue et Y'avait des gros crocodiles pour faire manger la purée

    - Les petits poissons, Un petit canard au bord de l'eau et J'ai fait faire un petit bateau pour le bain (comment ça, vous aviez deviné ?! ^^)

    - Les poules de toutes les couleurs pour apaiser dans le tramway

    Maintenant que la poussinette s'est habituée à ces chansons, ça ne fonctionne plus à tous les coups (parfois elle secoue la tête comme pour nous dire "mais non ce n'est pas ça que je veux !"). Mais ça a au moins le mérite de m'apaiser. Et quand c'est pour moi, je n'hésite pas à chanter en anglais ce qui provoque quand même une petite réaction interloquée :)

    J'ai lu quelque part que se forcer à rire, lorsqu'on ressent de la colère ou de l'énervement, permet de décompresser. Si le chant ne fonctionne pas pour vous, riez !
    Mais n'hésitez surtout pas à pousser la chansonnette même si vous avez peur de chanter faux. Votre enfant aime votre voix plus que toutes les autres ♥

    Allez je vous laisse, j'ai des vocalises à faire ^^

    Bisous mes petits pinsons

    - Lilaluna -

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Faire patienter bébé dans la cuisine

    Vous allez vite vous en rendre compte : j'adore cuisiner !
    Je passe facilement 2h par jour dans la cuisine à préparer de bons petits plats et à tester de nouvelles recettes (surtout depuis l'achat de quelques livres dont on vous parlera bientôt).

    Mais comment faire lorsque bébé passe la journée avec nous (ce qui arrive 6 jours sur 7 ici) ?

    Aujourd'hui, je vous donne quelques idées pour faire patienter un bébé de 12 mois environ, pendant que vous serez aux fourneaux. C'est parti !

     

    1. Faire découvrir un fruit ou un légume

    Faire patienter bébé dans la cuisine  

    Exploration de la courge Butternut, qui fait un joli bruit lorsqu'on tape dessus

     

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Mais qu'est-ce qui se cache entre les feuilles ?

     

    2. L'ustensile à explorer

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Varier la forme, la couleur, la matière, le poids...
    Mais attention à ne placer entre les mains de bébé que des objets non dangereux !

     

    3. S'entraîner à ouvrir/fermer le couvercle

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Une petite marmite, un bocal en plastique, un tupperware feront l'affaire !

     

    4. La boîte d’œufs

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Notre poussinette adore jouer avec des boîtes d’œufs ! Construire des murs, regarder à travers les trous...
    Ici j'ai mis un gros pompon par compartiment, mais on peut aussi y placer des noix, ou des haricots
    (si on a un bébé qui ne met plus tout à la bouche ! )

     

    5. Le nouveau jouet

    Faire patienter bébé dans la cuisine

    Si vous achetez un nouveau jeu à votre bébé, gardez-le pour les moments un peu délicats.
    Ici, le petit clown a fait tenir poussinette 30 min !

     

    Je n'ai pas fait de photo, mais s'il est presque l'heure de manger et que bébé s'impatiente, n'hésitez pas à proposer un fruit ou un légume cru en bâtonnets (pomme, poire, concombre...)

    Si bébé n'a pas assez de dents, vous pouvez cuisiner des bâtonnet de purée en ajoutant 1/2 cuillère à café d'agar-agar : faire bouillir 30s dans une casserole, puis placer dans un plat à gratin, laisser refroidir et mettre au réfrigérateur jusqu'à ce que la purée soit figée.

    Ce que poussinette aime par dessus tout pour patienter, ce sont les galettes de riz.
    Attention cependant à ce qu'elles ne soient pas trop salées !
    La marque "Good goût" en propose de délicieuses ♥

    Et vous, quelles sont vos astuces pour faire patienter bébé ?

    - Lilaluna -

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Ouille la position qui fait mal !

     
    Ouh, la position pas confortable !

     

    Voilà un an que la poussinette est allaitée. Et aucune idée de quand ça va s'arrêter, mais là n'est pas la question.

    Aujourd'hui j'avais envie d'expliquer pourquoi j'ai choisi d'allaiter.

    Alfredo le résume très bien : au delà de la question pratique, j'ai choisi le naturel.
    Quand je dis "question pratique", je fais référence aux avantages : peu cher, à la bonne température, toujours adapté aux besoins de bébé (malgré tout ce que peuvent dire les vieux pédiatres), etc...

     

    Pourquoi l'allaitement maternel ?Tout comme j'ai senti que mon corps était fait pour porter un enfant, il était fait également pour le nourrir. En fait, la nature est (généralement) bien faite ! Et puis il y a un fait que l'on oublie souvent : l'humain est un mammifère. Si, si, je vous jure !

    Alors dans la logique des choses, le lait de vache est pour le veau, le lait de brebis pour les agneaux, le lait de chat pour les chatons et le lait humain... pour nos bébés ! :)

     

    Jusqu'à il y a peu de temps, nous étions végétariens et mangions encore du fromage mais nous sommes en train de passer le cap du végétalisme et il nous paraît totalement improbable de donner du lait animal à notre fille si nous-même nous n'en consommons pas !

     

    Pourquoi l'allaitement maternel ?


    Après, je trouve que la possibilité de choisir est tout de même très importante, et lorsqu'on choisit d'allaiter et que ça ne fonctionne pas, il est heureux de savoir qu'il y a d'autres solutions !
    Mais je trouve aussi qu'on est très mal entourés, encadrés, soutenus en France (certainement à cause de ce débat houleux du "faut-il prôner l'allaitement pour remonter les chiffres de françaises qui allaitent ?!") et je suis heureuse d'avoir accouché en Belgique, où tous les hôpitaux sont "Amis des bébés" et où l'on est aidés dans le démarrage de l'allaitement maternel (et respectés si on choisi l'allaitement au biberon).

    Je déplore qu'on soit si mal informés, avant la venue de bébé, sur tous les soucis que l'on peut rencontrer. Je ne dis pas qu'il faut se faire peur en étudiant ce qu'est une crevasse, une mastite ou une candidose mammaire, mais plutôt être au courant des symptômes pour réagir vite et mettre toutes les chances de notre côté !
    Il faut savoir aussi se tourner vers les bonnes personnes : une consultante en lactation (le must, elle saura identifier tout problème et nous aidera à le résoudre rapidement), une sage-femme, une animatrice de La Leche League...

    Et il est évident que la meilleure façon de réussir son allaitement c'est d'être entourée et soutenue ! Par son conjoint, par sa maman, sa soeur, sa cousine, ou à défaut,  par un groupe de parole (il y en a dans presque toutes les villes de France, proposés par la CAF, les PMI ou LLL).

     

    Pourquoi l'allaitement maternel ?On dira ce qu'on voudra de LLL,
    la bienveillance des animatrices m'a été très précieuse !

     

    Parce qu'on n'allaite pas seule. Papa a son rôle à jouer :
    - soulager maman dans ses tâches pour qu'elle puisse prendre le temps de nourrir bébé (et il faut être reposée et détendue pour que ça fonctionne, oui oui !)
    - apporter un verre d'eau ou une bouteille (allaiter ça donne soif !)
    - apporter des coussins pour que maman soit bien calée et ne se crispe pas
    - la pousser à bien se nourrir, ou même lui faire de bons petits plats (nourrir maman, c'est nourrir bébé)
    optionnel : - prendre des photos souvenirs, parce que c'est une période qui passe très vite :)
    Et je peux le dire, Alfredo a été parfait ! ♥

    Et vous, qu'avez-vous choisi ou que choisiriez-vous ? Et pourquoi ?
    N'hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires :)
    A très bientôt !

    - Lilaluna -

     

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique