• Bon je n'avais pas prévu de revenir si vite mais là, j'ai découvert une tuerie culinaire
    et je voulais vraiment la partager avec vous !!

     

    Galette vegan express

     

    Ce soir j'avais très très envie de manger une galette des rois, mais on est rentrés tard de chez des amis et il fallait préparer un repas super rapide. Alors pendant qu'Alfredo sortait la salade de chou-carottes de ce midi et réchauffait des galettes de pois chiches, je me suis affairée pour préparer le dessert.

    En trainant sur le blog de Papelhilo cet après-midi, je suis tombée sur la recette de la pâte d'amande. Dans le frigo j'avais une pâte feuilletée toute prête et un pot de compote à la vanille. Parfait !
    Adeptes du pifomètre, c'est parti !

    • Dans un bol, mélanger une dose de poudre d'amande et moitié moins de sucre glace.

    Il me restait un peu moins de 200g de poudre d'amande je crois (oui, je parlais bien de "pifomètre"). Après coup j'ai trouvé que c'était trop sucré et si c'était à refaire je mettrais à peine un tiers de sucre.

    • Ajouter de l'eau au fur et à mesure (j'ai mis deux cuillères à soupe) pour obtenir une texture proche de la pâte d'amande que vous connaissez.
    • Ajouter une cuillère à soupe de compote et bien mélanger.
    • Répartir le mélange "frangipane" sur une pâte et replier ou couvrir d'une deuxième pâte.
    • Cuire 20min à 200°.


    Attention recette hyper bourrative-mais-on-y-revient-quand-même !

    Galette vegan express

    La texture de la frangipane était parfaite, bien plus réussie que toutes les galettes vegan ou non que j'ai tenté de faire dans ma vie !

    Dites-moi ce que vous en pensez si vous testez cette recette dans les prochains jours (ben oui il n'y a pas que ce week-end pour manger des galettes !).

    Et régalez-vous bien !

    - Lilaluna -

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Hahaha ! Taper un article presque entièrement et le perdre bêtement parce que je n'ai pas cliqué sur "enregistrer" au fur et à mesure... et je vous parlais justement de lâcher-prise... On respire et on recommence ! ^^

    J'espère que vous avez tous passé de bonnes fêtes.
    Je ne sais pas vous, mais j'ai trouvé que ces vacances avaient filé à une allure folle et on reprend presque aussi fatigués que le 22 décembre. Mais je garde en tête que c'est la dernière ligne droite avant le congé mat' et qu'ensuite j'aurai du temps pour faire plein de choses !!! J'ai hâte !

    On ne s'empêche pas de bricoler pour autant, j'ai commencé à tricoter un pull pour Alfredo et ça avance bien. Je me suis mise aussi à vider tous les placards de la maison pour faire du tri. Comment ça je "fais mon nid" ? :)
    J'ai très envie de commencer quelque chose de nouveau. 2017 a été une année particulièrement éprouvante, avec un creux de vague interminable et des émotions qui ont fait les montagnes russes. Mais je ne veux pas faire une croix dessus : on en est ressortis certes un peu cabossés, mais aussi apaisés et avec une sensation de force et une motivation qui j'espère ne va plus nous lâcher avant longtemps. Alors 2018, on est curieux de voir ce que tu vas nous apporter :)

    Avez-vous pris des résolutions pour cette nouvelles année ?
    J'avoue que j'ai longuement hésité avant d'en prendre, je n'avais pas tellement envie de me mettre la pression... et en même temps, j'aime l'idée de toujours s'améliorer, apprendre, grandir. Alors j'ai noté quelques résolutions dans mon bullet journal et on fera de notre mieux

    La première concerne toute la maisonnée :
    simplifier notre vie en continuant le tri des objets qui nous entourent.
    Pas une vraie nouvelle résolution donc, puisque la fièvre du tri nous tient depuis quelque temps déjà...
    Mais avec l'arrivée de ce nouveau bébé, je ressens vraiment le besoin d'avoir moins de choses autour de moi, moins d'objets, plus d'espace. En plus, on envisage sérieusement de déménager dans un futur proche alors si on peut se simplifier la tâche en s'allégeant...! ^^

    La suivante me concerne plus, mais c'est Alfredo qui m'y pousse petit à petit :
    progresser en lâcher-prise en me répétant intérieurement "ce n'est pas si grave" et "dans le fond, ça m'est égal". Ce sont les phrases magiques que j'essaie de me répéter lorsqu'une situation me dérange ou me fait paniquer. Parce que si dans certaines situations se mettre en colère, avoir peur et réagir est légitime, je ne pense pas que ce soit le cas d'une tâche de sauce tomate sur un vêtement d'enfant (même blanc, le vêtement) !! Allez Lila, on revoit son sens des priorités !

    Ma troisième résolution est plus personnelle :
    apprendre à écouter ma fatigue et respecter mon besoin de sommeil.
    J'ai toujours fui le moment du coucher et en général ce n'est que lorsque je suis sous la couette que je me dis qu'on y est bien et que j'aurais du m'y mettre plus tôt. Le lendemain, malgré la fatigue et par un fâcheux hasard, j'ai tout oublié et je repousse de nouveau le moment de me mettre au lit. Et bien oui. C'est complètement stupide :)
    Comme je souhaite vraiment accoucher de ce bébé sans péridurale, je dois m'y préparer. Et comme pour une épreuve sportive, il faut être en super forme et dormir un maximum. Alors go !

    La dernière résolution concerne ma relation avec mademoiselle D :
    jouer plus avec elle, trouver des activités qui me plaisent.
    Je me suis rendue compte avec un peu de culpabilité que souvent, lorsque je m'asseyais à côté d'elle pour jouer, je m'ennuyais au bout de cinq minutes et que je n'avais qu'une envie, retourner à mes tâches. A moins de lui proposer une activité de travaux manuels qui demande un peu d'encadrement. Alfredo l'explique par le fait qu'elle désire à la fois notre présence et tout faire seule.
    Mais je ne désespère pas, elle aime les maisons que je lui construis avec ses briques et j'aime étaler sa pâte à modeler pour qu'elle la découpe avec ses emporte-pièces ! On va finir par trouver le moyen de passer 1h à jouer ensemble :)

    Et voilà ! C'est déjà pas mal !
    Même si je réfléchis aussi à changer ma consommation en arrêtant totalement les achats compulsifs. Pas que je sois une shoppeuse fiévreuse, mais ça m'arrive parfois d'avoir juste "envie d'acheter" et je trouve ça assez effrayant. Donc je vais y réfléchir dans le courant de l'année et si je trouve une méthode qui me convient, je la partagerai avec vous.

    Je suis curieuse de savoir si vous avez aussi pris des bonnes résolutions et lesquelles...
    Que vous en ayez pris ou pas, je vous souhaite une très très belle année 2018, pleine de surprises et de petits bonheurs quotidiens ♥

     - Lilaluna -

    PS : les semaines qui arrivent vont faire l'effet d'un tsunami donc je ne suis pas certaine de revenir vite. Mais on peut se donner rdv en février si vous voulez :)


    1 commentaire
  • On m'avait dit...

     

    On m'avait dit qu'une deuxième grossesse est toujours plus fatigante que la première...

    On ne m'avait pas dit que je ferais systématiquement la sieste avec ma fille dès que j'en aurais l'occasion et pas toujours par choix. Ni que je rêverais d'aller me coucher à 21h, même dans ce deuxième trimestre où on est sensées péter le feu, moi qui suis pourtant "du soir" et qui me couche rarement avant 23h habituellement...
    Mais on ne m'avait pas non plus dit que j'apprendrais à lâcher prise, à relativiser et laisser de côté des tâches finalement pas si importantes que ça pour me reposer. Et que je profiterais de ces siestes avec ma fille pour remplir nos réservoirs d'amour ♥

     

    On m'avait dit qu'une deuxième grossesse se voit toujours plus vite que la première.

    On ne m'avait pas dit que ma planche à repasser ma poitrine pourrait reprendre trois tailles de soutien-gorge en moins de deux semaines et que ça serait vraiment très douloureux, notamment dans le dos. Ni que chaque annonce allait faire sortir un peu plus mon ventre jusqu'à avoir l'impression d'être à 6 mois quand j'en étais à 4... On ne m'avait pas dit combien être dans un corps qui change si vite pouvait être déstabilisant. Ne plus se reconnaître, perdre son équilibre et ses repères. Et puis réinventer sa façon se s'habiller avec ce qu'on a ! ^^
    Mais on ne m'avait pas non plus dit que cette période déconcertante passerait vite et que bien vite aussi j'allais de nouveau sentir la vie bouger en moi - j'avais oublié que ça venait si tôt, dis-donc ! Quelle bonne surprise ! ♥

     

    On m'avait dit que parfois on pouvait avoir peur de ne pas aimer ce deuxième bébé autant que le premier. Ou peur de délaisser le premier et trop s'occuper du deuxième.

    On ne m'avait pas dit à quelle point la place est grande dans le coeur des parents. Certes, le bébé n'est pas encore là, mais je sais que je vais l'aimer d'une façon inconditionnelle, tout comme j'aime mademoiselle D. Et je sais que j'aime tellement ma grande fille que je ne l'oublierai pas (même si j'appréhende quand même un peu, en voyant tout le temps que je lui accorde chaque jour et sachant que je ne pourrai bientôt plus lui en accorder autant).
    On ne m'avait pas dit combien un enfant pouvait être bienveillant face à un bébé qui n'est même pas encore né. J'imaginais peut-être un peu de jalousie de la part de mademoiselle D, peut-être un rejet, peut-être une appréhension, une régression... Mais je la vois s'assurer que le bébé va bien, faire une petite caresse sur mon ventre au réveil, un gros câlin-bisou le soir, accourir dès qu'il bouge pour venir lui dire bonjour... ♥

     

    Bon je ne m'emballe pas, on m'a dit que le véritable ressenti du premier enfant face à l'arrivée du deuxième apparaissait quand il comprenait que ce bébé resterai toujours là.

    Mais on ne m'avait pas dit qu'il existe des outils pour se préparer à avoir une fratrie ! Je pense notamment au magnifique livre d'Adele Faber et Elaine Mazlish "Frères et soeurs sans rivalité" qui donne des astuces pour gérer et prévenir les conflits et aide à voir les enfants autrement : naturellement empathiques et qui attendent compréhension et reconnaissance de leurs besoins. Et amour bien évidemment, beaucoup d'amour ♥

     

    Au final, on dit et on entend beaucoup de choses, mais le vivre c'est encore différent.
    Enfin si on peut partager les conseils, les pépites qui aident, les anecdotes qui font rire, juste pour le plaisir d'échanger, c'est bien aussi :)
    Alors n'hésitez pas !


    - Lilaluna -

    Pin It

    4 commentaires
  • Notre calendrier de l'avent 2017

     

    Cette année, j'ai décidé de faire simple au niveau de la préparation du calendrier de l'avent.
    Rien à voir avec celui de l'année dernière ! Cette année mademoiselle D découvrira une activité à faire dans une petite boîte (je voulais fabriquer une sorte de boîte aux lettres, mais j'ai trouvé ce joli coffre et nul doute qu'il allait plaire à la miss !).

    J'ai donc choisi des activités en les adaptant à notre emploi du temps.

    Alfredo étant absent pendant presque tout le mois et présent juste les week-ends, nous ferons à ces moments-là des activités qui demandent plus de temps, ou des sorties :
    - se balader en forêt
    - aller au manège du marché de Noël
    - préparer des biscuits aux amandes
    - faire une activité sensorielle sur les animaux arctiques
    - manger au restaurant
    ...

    Pour les soir de semaine où j'aurai un peu de temps, on pourra cuisiner ou même sortir de la maison :
    - faire un repas de crêpes
    - aller chez le fleuriste acheter une plante d'hiver pour la petite table de mademoiselle D
    - boire un chocolat chaud pour le goûter (exceptionnel, car normalement elle goûte à la crèche)
    - faire une tarte aux pommes
    - préparer des cartes de voeux
    - faire un bricolage simple
    ...

    Et pour les soir où on rentre vraiment trop tard, où la miss doit s'occuper pendant que je prépare à manger, j'ai prévu des activités en autonomie ou des choses qui ne demandent pas de temps ni préparation :
    - manger à la lumière des bougies
    - faire des coloriages de Noël
    - dormir toute la nuit ensemble
    - regarder un court métrage avec le vidéo projecteur qu'on nous a prêté
    - lire un nouveau livre ensemble
    ...

    Comme avec la crèche les enfants vont aller voir un petit spectacle et que j'ai exceptionnellement la possibilité d'accompagner (oh ouiiiii  ! Si tu travailles sur temps scolaire tu connais ça toi aussi), j'en ai profité pour glisser cet événements dans le calendrier !

    Je me suis beaucoup amusée à chercher des idées d'activités qui feraient plaisir à mademoiselle D... et à moi (nous) aussi ! Du coup j'ai autant d'impatience qu'elle à ouvrir le petit coffre chaque jour !

    Et même si on est déjà en décembre, je partage nos activités avec tous ceux qui sont à la bourre :)
    (désolée, je n'ai plus d'imprimante couleur alors j'ai fais tout simple en noir et blanc)


    Je vous souhaite un doux mois de décembre et j'essaie de revenir dans pas trop longtemps !
    Bon week-end

    - Lilaluna -

    Pin It

    2 commentaires
  • Nous sommes couchées dans le grand lit de mademoiselle D à papoter dans le noir avant de trouver le sommeil. Elle me raconte ses histoires de crèche, tous les copains qu'elle a, qui mange quoi à midi... et elle me parle du petit J dont la maman passe le midi pour la tétée. Je me dis "tiens, ça fait bien dix jours qu'elle n'a pas demandé le sein !" Je lui propose :

    - Tu veux téter un peu avant de dormir ?

    - Non.

    La réponse est sans équivoque, mademoiselle D en a fini avec l'allaitement. Le sourire aux lèvres, je passe à autre chose et lui parle de la journée du lendemain...

     

    La fin de l'allaitement

     

    Ce sevrage naturel, j'en avais rêvé et j'en parlais sans vraiment savoir à quoi m'attendre.
    Je pense avoir déjà cité ici les recommandations de l'OMS : "Le Programme national nutrition - santé (PNNS) recommande un allaitement maternel exclusif pendant six mois révolus (l'allaitement peut être poursuivi ensuite, avec des aliments complémentaires, jusqu'à deux ans voire davantage). Mais même de plus courte durée, l'allaitement reste toujours recommandé." (http://inpes.santepubliquefrance.fr).
    Et je pars du principe que ce sont des recommandations, donc un conseil donné aux familles, et que chacun décide ou non de le mettre en place chez soi.
    Cette recommandation montre bien qu'un allaitement long peut avoir lieu. Pourtant, plusieurs professionnels de santé ne se sont pas privés de me dire

    "Deux ans et toujours allaitée ? Vous pouvez peut-être penser à la sevrer, là !"
    Je fais quoi...? Je leur parle de mon pote W. allaité jusqu'à 4 ans, et en co-allaitement avec son petit frère ? Un gars en bonne santé, sociable, intelligent, etc...?

    "Non mais là elle ne reçoit plus rien de votre lait, elle n'en a plus besoin pour se nourrir"
    Alors déjà, l'allaitement maternel ce n'est pas uniquement de la nourriture, il y a un côté affectif qu'on met bien vite de côté... Ensuite on peut peut-être parler des anticorps et vitamines qu'elle ne trouve pas forcément toujours dans son alimentation ? Oui quelque part, avec le végétalisme ça me rassure, c'est vrai ;)

    "Un sevrage naturel, ça n'existe pas. Elle voudra toujours téter, à vous de trouver par quoi remplacer l'allaitement". Ah bon... Et bien on va dire qu'elle a trouvé la solution toute seule et je ne sais pas ce que c'est ! Mais ce dont je suis sûre, c'est que si elle ne demande plus, c'est qu'affectivement elle n'en a plus besoin.

    Bon, et si on laissait les femmes un peu tranquilles à part ça..?! Et si on les laissait choisir ce qu'elles veulent : allaitement maternel ou non, allaitement maternel 3 semaines, 3 mois ou 3 ans, allaitement réglé ou à la demande... Je parle des femmes mais je devrais peut-être parler des familles. Beaucoup d'allaitements maternels réussissent grâce au soutien des papas et beaucoup de transitions maternel/artificiel aussi. J'avoue que je commence à en avoir assez de ces personnes qui vous infantilisent, vous prennent de haut et vous font culpabiliser. Si un enfant est visiblement en bonne santé physique et mentale, pourquoi tout remettre en question ? Bien sûr qu'un enfant ne tètera pas jusqu'à ses 12 ans ! Bien sûr qu'un enfant ne demandera plus les bras à 16 ans ! Bien sûr qu'un enfant arrivera à dormir seul à 18 ans ! Alors pourquoi s'inquiéter (et nous inquiéter) autant ?!

    La fin de l'allaitement

    Fanny Vella illustratrice

    Toutes ces remarques des professionnels résonnaient dans ma tête et pourtant je sentais que la fin approchait d'elle-même. Voilà quelques temps que je disais qu'on arrivait doucement vers ce sevrage naturel. Depuis plusieurs mois, mademoiselle D ne tétait plus qu'une fois par jour. A peine 5min le soir, ou alors une tétée un peu plus longue, tôt le matin, pour se rendormir entre nous.
    Puis elles se sont espacées... Avec la rentrée, on a instauré un roulement avec Alfredo pour le coucher et mademoiselle D ne demandait plus le sein que 2-3 fois par semaine, quand c'était moi qui la couchait, mais même pas systématiquement.
    J'étais enceinte déjà, et mes sensations avaient changé. J'avais l'impression qu'elle me mordillait les tétons ou qu'elle n'ouvrait pas assez la bouche. On s'arrêtait, je lui faisais ouvrir la bouche toute grande pour reprendre le sein... en vain. C'était douloureux et elle était très attentionnée : "je fais doucement, hein, maman !" Alors je respirais profondément pour atténuer la douleur. On dit que la grossesse fait baisser la lactation et que c'est peut-être le fait de téter "à vide" qui est douloureux. Mais elle me disait qu'il y avait toujours du lait... Peut-être qu'elle s'est lassée de cette situation, ou peut-être qu'elle n'y trouvait plus ce qu'elle y cherchait auparavant... Comment ça se serait passé si je n'avais pas été enceinte...? Je ne saurai jamais :)

    Bref, mademoiselle D s'est sevrée naturellement, toute seule, sans que j'aie à vivre la crainte de la priver, ni qu'elle me fasse les yeux du chat Potté (souvenir de ma petite soeur, allaitée 15 mois, jusqu'à la reprise du travail de ma mère...). Et sachant que toutes les femmes qui le souhaiteraient ne peuvent pas forcément vivre la même chose (pour différentes raisons : reprise du travail, stress, fatigue, manque de soutien...), je ressens énormément de gratitude pour cet allaitement qui a duré et s'est fini en douceur ♥

    Le sevrage naturel existe. Il est possible, toujours est-il qu'il faut vouloir le vivre. Et ce n'est pas le cas de toutes. Certaines mamans se sentent "à l'étroit" dans cet allaitement qui dure. Il existe une très jolie brochure, Notre bulle, pour accompagner petit à petit les mères et leurs enfants au sevrage.

    La fin de l'allaitement
    Amandine Petit-Martin

    Un dernier mot : le sevrage de l'allaitement maternel n'est pas à sens unique. Parfois la mère se sent prête et pas l'enfant. Et parfois c'est l'inverse. J'ai des amies dont les enfants ont fait la grève de tétée vers 8-9 mois alors que rien ne laissait présager un sevrage. En trois jours c'était terminé et pour elles, c'était vraiment soudain et subi. Gardez en tête qu'être triste de l'arrêt d'un allaitement ne fait pas de vous une mère possessive ou intrusive ! :)

    Et si vous souhaitez en savoir plus et/ou aborder le sevrage sereinement, je vous renvoie vers cet article d'Allaiter aujourd'hui. Je trouve les articles LLL toujours très bien écrits, documentés, bienveillants et ouverts d'esprit. Alors n'hésitez pas à vous perdre un peu de ce côté-là.

    A bientôt pour un article plus créatif ;)

    - Lilaluna -

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires