•  Aujourd'hui, j'ai décidé de vous présenter les premières couches que nous avons eues pour poussinette ...et que nous utilisons toujours ! C'est la magie des "taille unique" : elles s'adaptent au fur et à mesure que l'enfant grandit, et ce, grâce à un système de pressions sur le devant de la couche.

    Nos jolies couches lavables

     
    Nous avons opté pour des TE2, c'est à dire "tout en deux". Les TE2 comportent un insert absorbant (un lange, un rectangle de coton, de bambou, de chanvre, de polaire... suivant vos préférences) et une culotte imperméable.

     L'avantage, c'est qu'on peut utiliser la culotte plusieurs fois (si elle n'a bien sûr pas été salie par une selle). On l'aère quand même avant de la réutiliser donc on alterne entre deux culottes. Et l'insert ? Il part dans le seau de stockage en attendant la prochaine machine !

    On a donc dit : un insert et une culotte imperméable...

    Nos jolies couches lavables

     

    On place l'insert absorbant dans la culotte...

    Nos jolies couches lavables

     

    Et on n'oublie pas de recouvrir d'un voile de protection
    (qui permet de jeter la selle aux toilettes)

    Nos jolies couches lavables

    Et voilà !
    On enfile ça comme une couche jetable et on n'oublie pas de changer toutes les 2h en moyenne.

    Nos inserts sont des langes en coton bio de la marque Flip de Bummgenius (tout comme les culottes). Ils étaient vendus dans la petite boutique de puériculture écolo de Bruxelles où nous avons fait la plupart de nos courses à la naissance de poussinette. Je ne sais pas si on peut encore les trouver, ils me semble que la marque est en train de mettre au point une nouvelle version de ses couches...

    Bref, ce sont de grands rectangles et leur avantage est qu'on peut les plier de différentes façon selon la morphologie de l'enfant, si c'est un garçon ou une fille...
    Chez nous, on les plie en trois dans un sens, puis en trois dans l'autre :

    Nos jolies couches lavables

     

    Nous utilisons également les inserts pré-pliés Popolini qui sont bien épais.

    Nos jolies couches lavables (1)


    Lorsque nous avons commencé à utiliser les couches lavables, poussinette avait 2 mois. Ce système convenait parfaitement et nous avions même moins de fuites qu'avec des couches jetables (vous savez, les selles de tout petit bébé qui remontent dans le dos...^^) et ce, grâce à l'élastique de la culotte.

    Par contre, quand notre poussinette a commencé à marcher, elle s'est affinée et nous avons du faire face à pas mal de fuites au niveau des cuisses. Nous avons mis du temps à trouver avec quels boutons pression il fallait fermer la couche.

    Maintenant que poussinette est plus grande (et boit de plus grandes quantités d'eau), nous ajoutons toujours un booster entre l'insert et le voile. Et temps qu'on pense à changer la couche dans les 2-3h, ça fonctionne ! :)

    Je posterai d'autres articles sur le sujet, petit à petit, car nous utilisons d'autres types de couches et nous avons aussi testé plusieurs marques de voiles de protection.

    Je reviens bientôt avec un article tout particulier... (oh le double teasing !)

    Des bisous ensoleillés ♥

    -Lilaluna -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    2 commentaires
  • Aujourd'hui je ne suis pas là pour vous expliquer de A à Z comment fonctionnent les couches lavables, mais plutôt pour vous donner des conseils de copine qui a testé...
    Les conseils qu'on aurait voulu avoir, ou qu'on a eu la chance d'avoir avant de se lancer.

    Couches lavables, comment démarrer..?
    Poussinette il y a presque 20 mois, en plein été... ♥

    Déjà, je ne vais pas développer très longtemps sur le "pourquoi utiliser des couches lavables" mais on peut tous avoir une (bonne) raison différente :
    - pour le bien-être des fesses de bébé (vous avez lu l'article de 60 millions de consommateurs sur la toxicité des couches ?),
    - pour préserver la planète et aller plus loin dans votre démarche zéro déchet (tellement à la mode en ce moment, et c'est tant mieux !),
    - pour une question de budget (ça parait cher au démarrage mais il y a des astuces et je vous jure que les couches lavables sont très largement rentabilisées)
    - parce qu'il y en a des super jolies et que ça fait de beaux popotins colorés (si, si, ça peut être une bonne raison)

     

    Voici donc mes conseils :

    1. Formez-vous !

    Il y a certainement une personne de votre entourage qui en utilise déjà, ou alors une association près de chez vous qui propose des petites formations. Parce que si on sait à peu près tous enfiler une couche jetable à un bébé, face à la surcouche, l'insert et le voile de la couche lavable TE2, on peut être décontenancé la première fois !
    A Bruxelles, nous avons eu la chance de trouver une association qui nous a montré plusieurs types et marques de couches et comment les utiliser. Ça nous a bien détendus sur le sujet et on s'est vite lancés.
    Ça peut paraître ridicule de suivre une formation pour apprendre à changer son enfant, mais il n'y a pas si longtemps ce genre de savoir se transmettait par la famille, les mères, les tantes, les grands-mères. Aujourd'hui, on se tourne vers ceux qui connaissent le sujet et ensuite on essaie de former les grands-parents ! :)

    Quelques adresses
    A Paris :
    ApiNapi

    A Bruxelles : 
    Éco tribu 
    Natur pur

    Et si vous ne trouvez rien près de chez vous, il y a des tas de vidéos sur Youtube et des sites qui ont rédigé de super guides, comme Écobébé ou ma copine Chloé

     

    2. Location et seconde main

    Une couche lavable neuve, ça coûte entre 20 et 35€ selon la marque, le modèle et si vous l'achetez sur internet. Sachant qu'il faut environ 25 couches pour que ça tourne bien (en moyenne 8 changes/jour et une machine tous les deux jours) je vous laisse faire le calcul si vous n'achetez que du neuf...

    On peut se faire plaisir et acheter quelques jolies couches colorées toutes neuves (et toutes douces), mais sachez qu'il y a des tas et des tas de couches lavables vendues sur les sites de seconde main. Si on a l'esprit de chineur, on peut aussi chercher dans les vide-greniers (il y en a régulièrement qui sont spécialisés en puériculture).

    Mais avant d'acheter quoi que ce soit, si vous en avez l'occasion... louez ! Des magasins proposent ce service et il vous permet d'essayer plusieurs modèles différents jusqu'à trouver ce qui vous convient le mieux.

     Sachez aussi que certaines villes offrent les couches, renseignez-vous !

     

    Couches lavables, comment (bien) démarrer

     

    3. Taille unique ou pas ?

    Certaines marques proposent des couches en taille unique. Elles ont un système de pressions devant qui permet de réduire ou d'agrandir la couche. En général elles fonctionnent dès que l'enfant fait 3,5 ou 4kg,et jusqu'à 15-16kg.
    Utiliser ce genre de couches permet de faire de sacrées économies ! Mais elles ne sont pas toujours super bien ajustées (je ne parle pas d'une marque en particulier, tout dépend de la morphologie de votre bébé, s'il est allaité ou pas, etc...) et si elle lui vont parfaitement à une période, elles peuvent demander des ajustements à une autre.

    Nos couches taille unique ont super bien fonctionné les 9 premiers mois. Et puis poussinette a commencé à apprendre à marcher et s'est beaucoup affinée. On s'est alors retrouvés avec des fuites très régulières. Après avoir essayé le décrassage (nettoyage en profondeur des couches pour les rendre plus absorbantes, le mot est horrible mais ça consiste juste à faire tremper des couches propres avec du percarbonate de soude ^^), on a fini par réaliser qu'on devait simplement ajouter des inserts absorbants, des doublures ou boosters, comme on les appelle dans le jargon de la couche lavable.

    Autres astuces :
    Sachez que les scratchs permettent de mieux ajuster la couche que les pressions. Attention à bien les replier avant le passage en machine pour ne pas ruiner votre linge !
    Les couches à doubles goussets (deux élastiques au niveaux des cuisses) sont généralement plus étanches.

     

    4. Le matériel de base

     On a déjà parlé des couches un peu plus haut, mais quid du reste ?

     Vous aurez besoin :

    - d'un rouleau de voiles de protection.
    Ils servent à récupérer les selles et à les jeter, parce que non, on ne met pas la couche direct à la machine après utilisation ! :)
    Je pense faire un petit article-comparatif bientôt sur les voiles...

     - d'un seau ou d'un sac de stockage.
    Puisqu'on ne fait pas des machines à longueur de journée et qu'on a besoin de stocker les couches deux ou trois jours, autant les stocker dans un truc fermé.
    Vous avez donc les sacs imperméables, avec fermetures éclairs ou lanières. Nous on s'en sert pour stocker les couches quand on est en sortie ou chez les grands-parents.
    Sinon, vous pouvez utiliser un seau avec couvercle (avec ou sans système d'aération)

    Couches lavables, comment (bien) démarrer

    - de quelques boosters, histoire d'augmenter la capacité d'absorption (et de ne pas changer des couches toutes les heures)

    Couches lavables, comment (bien) démarrer Couches lavables, comment (bien) démarrerCouches lavables, comment (bien) démarrer

     

    Une astuce, pas indispensable, sauf quand on a la phobie de toucher les couches sales (moi ça me permet surtout de faire le tri de ce que je lave) : le filet de lavage.
    C'est une vendeuse parisienne qui m'a donné cette astuce : on met le filet dans le seau, on déplie les langes des couches un maximum en les stockant, puis on transvase le filet ouvert dans la machine. Ainsi on ne prend pas de pleine brassées de couches sales dans les mains, le filet se vide pendant que la machine tourne et les couches sont lavées sans problème !

    Couches lavables, comment (bien) démarrer

    Voilà c'est à peu près tout ce dont vous aurez besoin !

    Après pour ce qui est du change, dans la logique des choses, on utilise des cotons lavables, de l'eau et du savon (ou pas), du liniment avec le moins d'ingrédients possible... Mais ça, c'est vous qui voyez :)

    Si j'ai oublié quelques chose, si vous avez des questions ou des conseils à donner, n'hésitez pas !

    Des bisous

    - Lilaluna -

     

    Enregistrer

    Enregistrer


    2 commentaires
  • Voici enfin un article à quatre mains !
    On vous avoue qu'on a un peu de mal à l'écrire, car on travaille beaucoup à la maison, souvent le soir, poussinette a du mal à dormir en ce moment (certainement à cause de cette satanée dernière pré-molaire qui prend tout son temps pour sortir) et Alfredo par en tournée 3 jours par-ci, 10 jours par-là... Bref ! Enfin, l'article sur notre carrosse familial : le vélo cargo !

    Le cargo bike Douze extra-long


    Déjà, pourquoi avoir choisi un tel engin ?

    Nous nous déplaçons essentiellement à vélo, un peu en bus pour Lilaluna et un peu à pieds quand c'est possible. Et oui, nous n'avons ni voiture, ni permis de conduire !
    Nous avons grandis dans la capitale et avons toujours vécu en ville, ce qui a facilité ce choix. Parce que c'est un choix de vie !

    Lorsque nous avons vécu à Bruxelles, Alfredo a commencé à passer pas mal de temps avec des livreurs cyclistes et s'est rendu compte qu'on pouvait porter des charges relativement lourdes en étant à vélo. Il s'est alors passionné pour les sacs permettant un stockage important...
    Pour preuve :

    Le cargo bike Douze extra-long

    ...le jour où on s'est séparés de notre télé et console de jeu ! Le tout a été livré dans la coloc' d'amis :)

    Avec l'arrivée de poussinette, on s'est demandé comment allait se déplacer la petite famille...
    Remorque ? Cargo ? Siège pour l'un et sacoches pour l'autre ? Beaucoup de questions et de recherches pour finalement choisir le cargo.

    Il se trouve que la remorque est assez risquée en ville : les automobilistes ne la voient pas forcément bien. C'est peu maniable, on ne peut aller partout, encore moins si on habite dans une région un peu vallonnée (ce qui n'est pas notre cas ! haha ^^). L'enfant est derrière, on ne le voit pas et surtout on l'entend mal.
    Alfredo ajoute que c'est beaucoup moins fun au niveau des sensations (pour poussinette) ^^
    L'atout de la remorque était tout de même de pouvoir porter des sacs de courses ou de voyage, tente, etc...

    Ce que ne permet pas la solution "siège bébé + sacoches" (ou pas suffisamment !).
    Dans ce cas-là, l'enfant est encore derrière, se prend la pluie et le vent, ne peut pas s'endormir confortablement (ou alors nous n'avons pas encore trouvé l'astuce ^^), ne voit pas grand chose du paysage et en cas de chute, ses bras courent un grand danger ! Oui, oui ! C'est Lilaluna qui le dit !

    L'atout du siège bébé : son prix ! Le peu de place qu'il prend. Et il tout à fait suffisant pour les petits trajets pas trop chargés.
    Par exemple, lorsqu'Alfredo n'est pas là, c'est Lilaluna qui conduit poussinette à la crèche sur un siège bébé + sac à dos avec les affaires à fournir (change, doudou, bouteille d'eau et repas de la mistinguette).
    S'il pleut, on s'équipe : gants, pantalon de pluie et imperméable pour la cycliste, doudoune imperméable, gants, cagoule + casque ET un sac plastique sur les jambes pour poussinette !
    Et on n'oublie jamais les lunettes de soleil, même par temps couverts, pour protéger les yeux de bébé (qui a vite fait de choper une conjonctivite sinon...).

    Mais lorsqu'Alfredo est là... :)
    Poussinette est plus que ravie de monter dans le cargo !!!

    Le cargo bike Douze extra-long


    Comme nous n'avons pas encore la canopy, nous mettons la bâche de protection au-dessus de poussinette et on laisse juste un trou pour laisser sa tête dépasser ! Elle a à portée de main son doudou, un biberon d'eau, ou n'importe quel jeu ou petit gâteau.

    La caisse fait 80 à 91cm de long et 56 à 62cm de large (un peu évasée). Elle est composée d'une structure métallique qui protège bien poussinette ou tout chargement, d'une toile tout autour qui contient et évite les courants d'air et d'une banquette deux places pour un ou deux enfants. Avec harnais de sécurité trois points, of course !

    Le cargo bike Douze extra-long


    Nous avons déjà utilisé le cargo pour faire de très grosses courses, transporter tout le matériel dont Lilaluna avait besoin en stage (guitare, énorme cabas rempli d'instruments, sac de jeux, etc), des amis adultes (si si, Alfredo aime le challenge) et évidemment le combo "poussinette + courses + guitare et instruments".

    Nous ne sommes pas là pour vous vendre absolument le vélo cargo, même si on adore :)
    C'est LA solution qui NOUS convient selon nos attentes, nos projets, l'utilisation qu'on en a.

    Toujours dans une démarche écologique, nous nous déplaçons essentiellement en train lorsque nous partons en voyage, et l'un de nos rêves grands projets serait de partir enfin en vacances... à vélo !
    Le cargo serait idéal dans ce cas là...

    Pour résumer...

    Les points négatifs :
    La prise en main un peu longue. Lilaluna n'a pas encore réussi à le manier. Imaginez un bus... à pédales ! Voilà. (Alfredo précise quand même que c'est une façon de conduire particulière, mais une fois qu'on l'a captée on peut se faufiler à peu près partout).
    Ne peut monter dans le TGV, mais autorisé en TER et Intercités.
    Le prix. L'équivalent d'une petite voiture (entre 2000 et 4000€, selon les options que l'on choisit).

    Les points positifs :
    Sécurité.
    Capacité de chargement (200kg annoncés sur la fiche technique).
    Confort pour les enfants et possibilité de les voir et d'interagir avec eux.
    Plus compact qu'une remorque.
    Séparable en deux parties, ce qui permet de le stocker facilement ou de prendre le train !
    Très maniable quand on a compris le truc ^^
    Son capital "sympathie" :) Rouler en vélo cargo crée naturellement le contact avec les gens dans la rue : un regard surpris, impressionné, amusé, ou même des questions, des discussions... On aime !

    Pour finir, l'arrivée de ce vélo nous a vraiment simplifié la vie et nous permet surtout de vivre la vie que l'on souhaite, plus sportive écolo ! ♥

    Et vous seriez-vous prêt à sauter le pas ? Aimez-vous vous déplacer à vélo ? Avez-vous une astuce pour faire dormir les petits dans le siège-bébé ? ^^

    Il y avait tant à dire dans cet article, qu'on a forcément oublié quelque chose. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser en commentaire.

    A présent on va pouvoir vous faire des bisous et aller se coucher !!
    A bientôt

    - Lilaluna & Alfredo -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    4 commentaires
  • J'ai hésité à publier cet article dans la rubrique "parentalité", mais le thème de cette année a fait que je l'ai finalement publié dans la rubrique "écologie" :

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

     

    Je vais donc profiter de la question du développement durable, pour vous donner mes petits indispensables (écolos) de l'allaitement maternel.

    1. Des coussinets d'allaitement... lavables !

    Alors évidemment si vous avez du temps et une machine à coudre, cet indispensable est vraiment très facile à faire. Il faut juste penser à mettre une matière étanche (comme du PUL) en plus de la matière absorbante (éponge de coton, de bambou, polaire...)

    Ce n'était pas mon cas à l'arrivée de poussinette alors j'en ai acheté. Et je m'en suis fait offrir aussi, car au début de l'allaitement, mon stock ne faisait pas une journée. J'en ai donc une petite vingtaine et à présent c'est largement suffisant pour ne pas être en rupture entre deux machines.
    Sachant que nous sommes à 18 mois d'allaitement (et que j'ai toujours besoin de coussinets pendant les tétées), cet investissement était plus que rentable !

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

    Bon à savoir : en cas de désagréments type candidose, vous pouvez les laver à 60°.

    Vous en cherchez ? Il y en a ici ou 


    2. Une gourde

    Lorsqu'on allaite, on a soif, trèèèèèèèèès soif. Il faut penser à boire beaucoup, tout au long de la journée et avoir de l'eau à portée de main pendant les tétées.

    Pourquoi acheter des bouteilles d'eau quand on sait que l'eau du robinet est tout à fait potable ?
    Dans notre région, nous ne sommes pas à l'abri de certains polluants et notamment des nitrates. Nous filtrons donc notre eau en carafe et cela nous revient à 2€ par mois en moyenne (sans compter l'eau).

    Pour penser à boire suffisamment après la naissance de poussinette, je me suis acheté une jolie gourde en verre et silicone de la marque Life factory. Le goût de l'eau n'est pas altéré (à moins de la laisser dedans plusieurs jours ^^) et je vois ce qu'il reste à boire.

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

    Vous pouvez aussi prendre une bouteille en verre et lui crocheter une jolie housse, comme l'a fait Chlouwy du blog Dans ma petite roulotte pour un biberon en verre !


    3. Un soutien-gorge d'allaitement... fait maison !

    Ça c'est quelque chose que je n'ai pas fait non plus ! mais j'ai découvert le tuto il y a un moment sur le net et je me tâte à couper dans mes soutien-gorges.

    Au tout début de l'allaitement, j'avais pris deux ou trois tailles de soutien-gorge. Ajoutez à cela l'élargissement du dos pendant la grossesse (et oui, les côtes s'écartent un peu pour faire de la place au bébé... et reviennent à leur place quelques mois après l'accouchement !). Bref, je ne rentrais plus dans mes soutifs et j'étais bien contente d'en avoir en matière élastique et sans armatures. Mais avec le temps et l'installation de l'allaitement, mes seins ont repris leur taille initiale et mes soutiens-gorges d'allaitement délavés et tout plissés me sortent par les yeux. J'ai pris le parti de remettre mes anciens soutifs et de tirer dessus pour allaiter (en espérant ne pas trop les abimer).

    Je conseillerai donc d'acheter de jolis soutifs pas chers mais plus grands que les vôtres (ou de récupérer ceux d'une copine qui a une plus grosse poitrine que vous !) pour réaliser le tuto de Petit citron.

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

     

    4. Des pots en verre

    Si vous avez besoin de stocker du lait avant la reprise du travail par exemple, vous pouvez utiliser des pots en verre. Petits pots pour bébés, pots de yaourts à couvercles... Ainsi vous ne jetez pas les sachets en plastique que l'on vous vend parfois en pharmacie, et pour ceux qui préfèrent bannir le plastique de leur cuisine, c'est le top !

    Bon tout dépend bien sûr de la taille de votre congélateur et des besoins de votre bébé lorsqu'il est gardé (c'est sûr qu'un pot prend plus de place qu'un sachet, et encore, certains s'emboîtent !)... Ici nous n'avons pas eu besoin de stocker plus de 3 ou 4 pots à la fois donc c'était bien pratique.

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

    Certains préconisent les pots en verre teintés, pour une meilleur conservation du lait. Je trouve que c'est plus difficile à trouver et de toute façon il n'y a pas de lumière dans notre congélateur ! ^^

     

    Je demande à Alfredo s'il pense à autre chose, et il me dit...

    5. Manger bio !

    Alors oui c'est vrai, manger bio c'est bon pour bébé ...et pour la planète ! :)

    Semaine mondiale de l'allaitement maternel

     

    Voilà ma petite part de colibri pour cette semaine de l'allaitement ♥

    On vous souhaite une bonne semaine et on vous dit à bientôt. Je n'oublie pas de vous montrer les tampons de septembre, mais comme il s'agit d'un cadeau, j'attends que l'anniversaire soit passé ! ;)

    Des bisous doux

    - Lilaluna -


    3 commentaires
  • Bonjour bonjour !

    On ne vous en a pas encore parlé et il serait temps avec la motivation dingue que poussinette a à aller sur le pot ! A ce rythme là, elle sera propre avant 2017 !! Mais de quoi elle parle, la Lilaluna ? Des couches lavables, bien sûr !!

    Poussinette est en couches lavables depuis ses deux mois et c'est absolument parfait pour nous ! Mis à part quelques ajustements à faire lors de périodes où elle changeait de morphologie (= fuites, sinon c'est pas drôle), ça a toujours été très simple à vivre.
    D'ailleurs cet été en camping, poussinette était en couches jetables pendant une semaine (on n'est quand même pas extrémistes à ce point, mais on a pris les couches écolo ! ^^) et elle s'est retrouvée avec de sacrées marques sur les cuisses. Parce qu'on a beau essayer d'ajuster au mieux, les élastiques des jetables frottent toujours au même endroit et au bout d'un moment elle avait un trait rouge qui ne partait plus... :( Autant vous dire qu'on était heureux de repasser aux couches lavables !!

    Bref, je vous montrerai ses jolies couches colorées un autre jour.
    Aujourd'hui je vous explique ma méthode "30 secondes chrono" pour nettoyer le seau de stockage.

     

    Le nettoyage (sain) du seau à couches

     

    On stocke les couches sales dans un seau acheté chez Hema et comme il n'y a pas de super système d'aération, ça condense et de légères effluves se dégagent du seau au bout de 2 jours.
    Lorsqu'on lave les couches (tous les deux-trois jours, donc) il est temps de laver aussi le seau. Et comme c'est plutôt très récurrent, il me fallait une routine hyper simple et rapide. La voilà :

    • dans un vaporisateur, verser 1L de vinaigre blanc
    • ajouter 15 gouttes d'HE
      (personnellement, je mets un mélange de Tea tree qui est un bon anti-bactérien,
      et de Lavande pour l'odeur)
    • bien mélanger


    Et donc, lorsqu'il est temps de l'utiliser :

    • vaporiser 3-4 fois dans le seau et son couvercle
    • essuyer avec une petite lavette ou un bout de tissu

    C'est tout !

    Le vinaigre est un super désinfectant et désodorisant. Si son odeur est très désagréable sur le moment, elle part dans la minute qui suit et le seau est impeccable.
    Je l'utilise pour laver pas mal de choses dans la maison, car le vinaigre blanc est vraiment un allié des ménages écolos !!

    Attention cependant avec les huiles essentielles. Elles sont fortement déconseillées avant 3 mois. Vous aurez plus d'informations sur ce site.

    On reviendra vous parler plusieurs fois des couches lavables...
    En attendant, très bonne semaine à tous !

    - Lilaluna -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique