• Mardi prochain c'est Mardi gras et qui dit Mardi gras dit Carnaval ! Mais ce n'est pas un costume pour Alfredo, Lilaluna ou la poussinette que nous vous présentons aujourd'hui. C'est la nouvelle déco du fidèle destrier d'Alfredo : une guidoline Arlequin trois couleurs pour le Genesis Croix de fer de 2015.

     

    Guidoline Arlequin trois couleurs


    Nous savons que c'est un article très spécifique qui intéressera seulement une partie d'entre vous, mais on tenait vraiment à faire ce tutoriel. Nous en avons cherché un sur la toile pour réaliser le tressage à trois couleurs et nous n'en avons pas trouvé. Alors on a pris le temps de réfléchir pour comprendre comment faire et on s'est amusés à le faire à deux.
    Si cet article peut aider un(e) cycliste qui aime les défis et la customisation, tant mieux !

    On y va ?

    Pour commencer, levez les cocottes, retirez votre ancienne guidoline et supprimez toute trace de colle avec de l'alcool (comme la trace au milieu de la photo).

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     Procurez-vous de la guidoline tissu (ou"ruban de cintre") et pas de la guidoline "classique" qui sera rembourrée et donnera un effet "saucisson". Quatre rouleaux feront l'affaire pour les deux côtés.

    Coupez  le bout en biais :
    le coin gauche des deux jaunes
    le coin droit du bleu et du rouge.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

    Pour avoir le quadrillage coloré bien visible, posez les quatre rubans dans cet ordre :

    le rouge...

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     puis, juste à côté, un jaune qui passe au-dessus...

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     le bleu directement sur le jaune, bien aligné avec le rouge...

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     et le 2e jaune à côté du bleu, qui passe sur le bleu et sous le rouge.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     Puis continuez de tresser tranquillement, en passant chaque ruban au-dessus, en-dessous, etc...
    et en les alignant le mieux possible.

    N'ayez pas peur de coller/décoller, revenir en arrière pour mieux aligner :
    la colle des rubans dont nous vous avons donné les références le permet.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     On arrive au moment fatidique du virage. "On ne va pas se mentir : c'est chaud !" dit Alfredo ^^

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

    ...et bien on y va comme des bourrins, en tirant bien fort et en essayant d'aligner au maximum.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     Et on se détend très vite car les cocottes vont recouvrir la majorité du massacre.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

    Arrivés au bout, coupez les rubans à 2cm et rentrez les dans le tube.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     

     Il ne reste plus qu'à replacer les bouchons, les cocottes et mettre deux-trois tours de scotch noir au départ de la guidoline (scotch en tissu ou d'électricien) pour des finitions parfaites.

    Guidoline Arlequin trois couleurs

     On n'est pas peu fiers du résultat... ^^

    Alors, ça vous donne envie de vous lancer ? C'est plutôt original et joli, non ? :)

    Bon week-end et à très vite

    - Lilaluna & Alfredo -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Je les avais promises fin janvier, les voilà enfin, nos cartes de Bonne année.

    J'arrive après la bataille (cette année presque tout le monde a accompagné ses voeux de "il parait qu'on a jusque fin janvier pour souhaiter la Bonne année"), mais d'après moi, il n'est jamais trop tard !

    Cartes de Bonne année


    C'est notre tampon du nid qui a servi et je l'ai simplement mis en relief grâce à des carrés de mousse autocollants double face. Un peu d'aquarelle avec une couleur que j'aime d'amour ♥
    ... et le tour est joué !

    Cartes de Bonne année


    Faire les cartes de voeux n'est pas vraiment une habitude dans ma famille et je me suis lancée lorsque nous avons annoncé qu'on attendait un enfant. Depuis j'essaie d'en faire une habitude car à cette époque où l'on reçoit principalement des sms de "Bonne année", je suis toujours heureuse de recevoir du joli courrier ! Quelques amies m'en envoient régulièrement et ça m'a donné envie de m'y mettre. Si je peux à mon tour donner envie, alors allons-y !

    Cartes de Bonne année


    Comme prévu, les enveloppes sont ornées des derniers tampons gravés : cadre, timbre, coeur et adresse au dos. C'est un peu long de tout tamponner, mais j'ai trouvé ça amusant d'aligner les petites enveloppes pour les faire sécher avant de les retourner !

    Et vous, avez-vous envoyé des cartes de voeux cette année ? Ou ça vous dirait de vous y mettre ?
    Vous êtes plutôt photos, tamponnées à la chaîne, personnalisées ou non,... quelle est votre technique de prédilection ?

    A tout bientôt, pour un article à quatre mains !

    - Lilaluna-

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    9 commentaires
  • Et c'est reparti pour une année de gravure... que je démarre déjà en retard ! Haha ^^

    Il faut dire que la rentrée a démarré très fort et l'intensité n'a pas faibli avant dimanche dernier. J'ai quand même réussi à faire pas mal de choses (dont recommencer à poster ici, youhou !) et je suis contente de vous présenter aujourd'hui non pas un, mais TROIS tampons et demi ! :)

     

    Défi gravure, janvier et février

     

    En janvier, le thème était couronne, cadre. Comme j'avais déjà fait une couronne de fleur en décembre 2016 j'ai voulu faire un cadre pour noter les adresses sur les enveloppes (oui, oui, pour celles qui participent au défi : je n'avais pas prêté attention au thème suivant).

    J'ai donc dessiné une guirlande de fête et l'ai gravée sur ma gomme rose et beige (histoire de l'écouler)

    Défi gravure, janvier et février


    Je sais que je le dis à chaque fois, mais ce n'était vraiment pas une partie de plaisir, cette gomme étant très dure et élastique. Et puis elle s'effrite. Et l'encre "glisse" un peu dessus tellement elle est lisse. Bref, vivement que le stock soit fini !

    L'avantage, c'est que lorsque je passe à la gomme bleue j'en frémis presque de plaisir ! J'ai l'impression de couper dans du beurre (vegan ^^).

    En février, le thème était "courrier" ! Et j'avais très envie de graver des écritures. Me voilà donc à graver deux tampons, l'un à la gouge (écriture creusée) et l'autre au scalpel (écriture en relief).
    Pour celui gravé à la gouge, j'ai voulu faire une sorte de petit timbre avec un mot doux.
    Pour l'autre et bien... j'ai gravé notre adresse à tamponner au dos des enveloppes.
    J'appréhendais beaucoup, surtout pour le deuxième ! J'ai déjà gravé un tampon adresse et c'était vraiment difficile et pas parfait du tout. Mais avec un an de gravure dans les pattes, ça m'a paru bien moins dur cette fois-ci (même si ce n'est toujours pas parfait, c'est mieux ^^)

    Défi gravure, janvier et février


    Désolée, j'ai flouté le tampon adresse.
    De toute façon, ce qui nous connaissent sauront certainement la lire malgré tout !

     

    Défi gravure, janvier et février

    Et avec une petite chute, j'ai gravé un petit coeur

    Ces tampons me serviront pour les enveloppes des cartes de Bonne année (comment ça je suis en retard ?!) que vous découvrirez dans quelques jours. 

    Pour l'instant nous sommes en vacances et profitons de nos familles ♥

    Bonne fin de semaine et des bisous doux !

    - Lilaluna -

    PS : Pour voir les tampons des autres participantes, c'est ici

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    4 commentaires
  • Mobile romantico-steampunk

    Je vous présente aujourd'hui un mobile bricolé en décembre et qui orne l'entrée de notre appartement.

    Tout est parti des ces boules de fils qu'on voit partout, sur Pinterest et dans les bouquins de travaux manuels qu'on avait quand on était petits (vous savez, on gonfle un ballon, on trempe des fils dans de la colle et on enroule). Et je les ai mises sur ma liste de décorations à fabriquer pour le sapin. Sauf qu'après en avoir fait deux je me suis dit qu'elles étaient vraiment trop grosses pour être accrochées dans notre petit sapin d'1m20 et qu'une fois toutes les décos installées on ne verrait plus que ça ! Sans compter qu'elles ne rentraient pas dans les sacs du calendrier de l'avent...

    Alors j'ai pensé à un mobile, un mobile léger, léger comme une plume.
    Me voilà à fouiller dans la boîte de bricolage, la fourre-tout où je range les gommettes, les yeux mobiles, le fil de fer à tordre, le pistolet à colle, les mini-pinces à linge, les perforatrices fantaisies, les anneaux de portes clés et... les plumes !

    Et voilà que je trouve... un disque de frein à disque ! Alors pour les newbies du vélo (comme moi), c'est cet objet tout joli qui ressemble à un mandala et qui sera serré par des plaquettes pour freiner (au lieu de patins qui vont venir serrer la jante) :

    Mobile romantico-steampunkMobile romantico-steampunkMobile romantico-steampunkMobile romantico-steampunk

    Vous ne trouvez pas ça super joli ?!
    Avec un Alfredo fan de vélo, je ne suis plus étonnée de trouver ce genre d'objets à la maison... :)


    Ni une ni deux, me voilà à accrocher boules de fils, plumes et pompons en passant les fils dans des trous presque "faits pour" !

    Mobile romantico-steampunk


    Les boules ont été roulées dans la colle et les paillettes (on était dans l'ambiance de Noël voyez-vous) alors toutes ces matières, brillantes, duveteuses, moelleuses donnent un petit côté féérique ou romantique à notre entrée.

    Et à la fois, je trouve que l'acier du frein à disque donne un style complètement steampunk.

    Mobile romantico-steampunk


    Quand poussinette l'a découvert, en rentrant de la crèche, elle débutait sa période "un à trois mots par jour" (on en est plutôt à 4-5 mots/jour en ce moment) et s'est exclamée "est beauuuuu !" Adopté !
    Et Alfredo était content de voir que son frein à disque servait de nouveau.

    Alors... je range cet article dans la rubrique création ou dans écologie/recyclage ? :)

    Allez une dernière photo pour la route :

    Mobile romantico-steampunk


    Et des bisous à tous

    - Lilaluna -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    5 commentaires
  • Je ne dirai pas que je n'ai pas été prévenue... Mon père est intermittent du spectacle et j'ai vécu beaucoup (beaucoup beaucoup) de périodes d'absence. Et je m'étais dit "ma mère a du courage, mais moi j'ai besoin de stabilité, vivre avec un intermittent, jamais !" Et puis j'ai rencontré Alfredo ♥

    Vivre avec un intermittent, c'est un peu comme les relations longue distance : on se manque terriblement, il faut se réhabituer chaque fois à vivre seule, à se débrouiller, à tout assumer... et puis il revient et on est presque 24h/24 ensemble (surtout quand on travaille pas mal à la maison) et parfois c'est trop, on a chacun besoin de nos moments de solitude.

    Mais alors trouver un équilibre quand on a une vie de famille, ben... c'est l'étape supérieure.
    Vous savez déjà que notre souci depuis que poussinette est née, c'est le (manque de) sommeil. La question revient tous les deux-trois jours sur le tapis (même depuis qu'on s'est calmés et qu'on a décidé de moins en parler... haha ^^) et on se demande MAIS COMMENT FONT LES AUTRES ?!?
    Comment font les gens qui nous disent "Oh nous il est réglé comme une horloge, s'il n'a pas sa sieste à x heure, il est de mauvaise humeur", ou alors "On n'a jamais eu de problème, on la couche à 21h et elle se réveille à 9h le lendemain... depuis ses deux mois". Si c'est votre cas, vous seriez gentils de ne pas venir étaler votre vie ici, à moins d'avoir un mot encourageant ^^ 
    En tout cas, j'ai ma petite idée du pourquoi du comment : la plupart des gens qui m'ont tenu ce genre de discours vivent en couple, sans déplacement, sans tournée, sans gros chamboulement qui demande une réadaptation continuelle.
    Parce que si la maman doit se réadapter à chaque fois, que dire de l'enfant..?

     
    Je viens donc donner ici mes astuces, telle une trousse de secours sur un champs de bataille, pour survivre lorsqu'on est maman solo, pour un week-end, deux semaines, trois mois ou... plus longtemps. Évidemment, on n'a pas tous les mêmes habitudes de vie, certaines vont peut-être vous sembler absurdes ou complètement évidentes, mais je me dis que si ça peut aider, tant mieux ! :)

     

    1. S'organiser

    C'est la première clé, certainement la plus évidente.
    L'organisation, généralement, je ne me dépatouille pas trop mal avec, mais lors de ces périodes (et surtout avant !) je suis telle Sarah Jessica Parker dans le film "Mais comment font les femmes", à rédiger des dizaines de listes dans ma tête à 1h du mat' au lieu de dormir...

     

    Vis ma vie de maman... avec un intermittent.


    En vrac :
    - savoir qui s'occupe de poussinette quand je travaille,
    - qui va la chercher à la crèche quand je ne peux y être à la fermeture,
    - qui la garde quand j'ai mon cours-de-danse-mensuel-que-je-ne-raterai-pour-rien-au-monde,
    - appeler en avance la crèche la plus proche de mon job du lundi pour la déposer 2h en garde occasionnelle...

    - prévoir les repas au moins un jour à l'avance (si on n'a pas fait un menu pour la semaine),
    - faire un crochet par le magasin même si ce n'est pas le "jour des courses" car ce jour-là on sera peut-être épuisée, occupée, avec un bébé qui fait une sieste inopinée
    - se dire que ce n'est pas si grave si poussinette a mangé deux fois des pâtes aujourd'hui (on se rattrapera demain)
    - prévoir de cuisiner souvent avec un bambin accroché dans le dos grâce au super porte-bébé, car quand papa n'est pas là, poussinette veut ABSOLUMENT me faire des câlins pendant que j'émince les oignons, coupe les carottes, épluche les patates...

    - penser à faire à peu près une lessive par jour, sous peine de se retrouver sous une montagne de linge sale ou de devoir porter des collants fins par -5° (je ne sais pas pourquoi j'oublie complètement les lessives quand je suis seule avec poussinette...)
    - faire participer l'enfant pour le remplissage du panier/de la machine, pour l'étendage des chaussettes ou le rangement des vêtements dans le tiroir (surtout pas pliés, malheureuse !)

    - demander à la voisine qui est à la retraite de réceptionner le colis qui arrive pile quand on n'est pas là

    - faire des listes des jeux et activités pour occuper poussinette quand on est toutes les deux à la maison
    - se dire que mettre une chaussette sur la main de l'enfant pour dépoussiérer les étagères est une super activité, tout comme passer la balayette (faut simplement pas être trop regardante)

    Je pourrais continuer longtemps comme ça, mais j'imagine que vous avez compris :)

    Ah et surtout, il faut communiquer avec l'homme pour connaître exactement ses jours d'absences, ses horaires de train, histoire de ne pas laisser passer un malentendu ("Comment ça tu ne peux pas aller la chercher à la crèche ?! Mais je n'ai prévenu personne moi, je comptais sur toi !") et s'entourer d'amis hyper compréhensifs souvent disponibles (et prévoir de leur rendre service en retour bien sûr !)

     

    2. Dormir

    Alors là, c'est vital. Tout repose sur VOUS ! Et si comme moi vous êtes à la recherche de la moindre petite heure tranquille toute seule pour travailler sur l'ordi (ce qui arrive généralement lorsque l'enfant est au lit), il ne faut surtout pas tomber dans le piège du "bon j'ai bien travaillé, je me regarde une petite vidéo sur Youtube avant d'aller au dodo"...

    Le meilleur conseil que je puisse donner (mais que je ne suis pas toujours...), c'est savoir s'écouter et savoir écouter sa fatigue. Un réveil difficile ? Un coeur qui bat un peu trop vite ? Des coups de mous tout au long de la journée ? Il faut peut-être fixer une heure à ne pas dépasser ce soir...
    Surtout que le matin, quand l'enfant a décidé qu'il était temps de démarrer la journée, on ne peut pas compter sur l'autre pour aller s'en occuper et grappiller ainsi quelques minutes/heures de sommeil en plus.

    Ça veut dire aussi profiter des moments câlins et douceurs pour se reposer !!!
    Avant, lorsque je couchais poussinette, j'étais impatiente de retourner dans le séjour pour faire tout ce que j'avais à faire avant que ma journée à moi se termine. Au final, elle sentait mon agacement, ne s'endormait pas, restait accrochée à mon sein, essayant de me retenir le plus possible. Et puis un jour, je me suis endormie d'épuisement. Vingt minutes plus tard, je me suis réveillée avec un bébé qui dormait profondément dans mes bras, j'avais la pêche et du temps pour faire ce que j'avais prévu.
    Mais il m'est arrivé aussi de me réveiller complètement dans le pâté. J'ai alors réalisé que j'étais vraiment dure avec moi-même, à prévoir tant de choses le soir plutôt que d'aller dormir, ce dont mon corps avait visiblement besoin.

    Donc si vous le pouvez, faites la sieste ! Ou fermez les yeux dix minutes, faites le vide, un peu de méditation (ou du tricot, pour moi c'est pareil ^^)

    Vis ma vie de maman... avec un intermittent.

    Alfredo est vraiment doué en siestes, il arrive à s'endormir n'importe où et n'importe quand. Pas moi !


    3. Prendre du temps pour soi

    Alors oui, lorsque vous gérez absolument tout, l'enfant, le ménage, votre travail, les repas et j'en passe, vous allez vite avoir l'impression que tout est à sens unique, que vous donnez, donnez, donnez, sans recevoir (on oublie vite le "bisou mouillé trop mignon de cet après-midi" quand on n'en peut plus). Vous aurez peur d'exploser de colère, d'éclater en sanglots, d'en vouloir à l'enfant qui vient de méticuleusement recouvrir le sol de la cuisine de petits morceaux de crêpes que vous aviez préparées pour elle (ou lui) et surtout de lui dire une phrase qui fait mal, qui le fait se stopper net, sentant que vous êtes à bout.

    Arriver à cette situation est inutile ! :)
    Et pour l'éviter, il va falloir s'organiser (encore !?!) pour avoir un peu de temps pour soi dans la journée. Et de vraiment en profiter.

    Pour moi, c'est tricoter un peu le soir, c'est prendre une douche bien délassante. Ou boire une tisane et grignoter quelques douceurs, mais surtout, en étant assise dans le salon et pas debout dans la cuisine.

    Vis ma vie de maman... avec un intermittent.


    Ça pourrait aussi être lire dans les transports, sortir faire le tour du pâté de maison pour s'aérer la tête et s'aérer tout court, jardiner, cuisiner quelque chose qui nous fait plaisir, feuilleter un magazine, faire une séance de sport en salle ou dans le salon, boire un verre seule ou avec une copine, aller faire du shopping et revenir avec au moins un article pour soi (Non, un presse-ail ce n'est pas un cadeau que tu te fais ! Remarque... pourquoi pas ?!), dessiner, jouer d'un instrument, prendre un cours de langue, de danse, d'ornithologie...

    En bref, il faut trouver l'activité qui nous ferait vraiment plaisir et qui s'accorderait avec notre emploi du temps et notre mode de vie. Et ne pas la zapper. Même si vous êtes fatiguée (oui, c'est l'exception au point n°2 !). Cela dit, prendre du temps pour soi, ça pourrait justement être "lire 1/2 heure sous la couette avant d'éteindre"...

    Et ce temps qui est pris dans votre journée n'est pas du temps perdu. Bien au contraire ! :)


    4. Préserver l'enfant

    Un bébé, même tout petit, ressent et comprend beaucoup de choses. Alors il faut toujours prendre le temps de lui expliquer ce qu'il se passe dans la maison.
    Nous avons mis du temps à nous en rendre compte, mais le sommeil de poussinette était parfois perturbé car nous n'avions pas pris 5 min pour lui expliquer qu'Alfredo allait partir travailler pendant une semaine. Et plusieurs fois, il l'a déposée à la crèche avant de prendre son train, sans lui dire qu'il serait absent quand elle rentrerait à la maison. Quel déchirement d'entendre poussinette dire "coucou papa !" en rentrant dans l'appart' vide, de la voir chercher dans toutes les pièces sans comprendre... Quels idiots on a été parfois !

    Souvent lorsqu'Alfredo partait, poussinette se réveillait plusieurs fois dans la nuit et refusait de retourner dans son lit. Je la prenais alors avec moi.
    Si vous n'êtes pas très cododo, sachez que ça vous permettra peut-être de survivre pendant quelques jours... Et si c'est un fiasco en mode je-me-prends-des-coups-et-mon-sein-sert-de-tétine-et-je-dors-moins-de-5h (ça peut arriver), et bien on explique à l'enfant avant de le mettre au lit que cette nuit ce n'est vraiment pas envisageable.
    Oui, oui, moi la mère bienveillante (enfin, qui fait de son mieux), j'ai laissé pleuré ma fille 37 secondes l'autre nuit. Et puis elle s'est endormie. Dans son lit. Et je me suis dit "Ouf sauvée, je n'ai pas eu à appliquer le terrible 5-10-15 !" C'était ça ou péter les plombs en journée. J'avais vraiment besoin d'une nuit pour me reposer !

    Pendant l'absence du papa, ne pas oublier de rappeler à l'enfant où il est, ce qu'il fait et... qu'il pense à nous et nous aime ♥
    A présent, je préviens toujours poussinette avant de rentrer à la maison "Tu te souviens ? Papa est parti travailler, il revient dans 3 gros dodos" (oui on commence déjà à utiliser cette façon de compter, même si pour l'instant ça ne lui dit pas grand chose ^^).
    Et quand elle va se coucher, je la rassure : "Oui, papa aussi va au dodo !" (et maman aussi, les grands-parents aussi et puis tous les copains de la crèche, t'inquiète, t'es pas la seule !)
    On essaie d'avoir une conversation téléphonique avec haut-parleur de temps en temps, ce qui fait immensément plaisir à poussinette (et à son papa).
    Bref, quand Alfredo n'est pas là pendant un long moment, je fais en sorte que ce soit assez clair dans la tête de notre petite fille (qui cogite beaucoup en ce moment).

    Et puis il faut préparer le retour !
    Ça aussi on l'a compris tard, mais expliquer que papa revient ce soir, puis sauter dans les bras dudit Papa au moment où il passe la porte, n'est pas suffisant. Il faut encore rassurer : "Papa est rentré, il restera avec nous maintenant. Demain il sera toujours là et même qu'il t'emmènera à la crèche sur son super vélo !" :)

    Souvent lorsque Alfredo rentrait à la maison, c'était de nouveau la cata : poussinette qui avait fini par reprendre un rythme correct en son absence se réveillait de nouveau 2 ou 3 fois dans la nuit. Nombreuses sont les soirées de retrouvailles avec un bébé calé entre nous deux dans le lit !
    Mais finalement, avec attendrissement, on s'est dit qu'il était tout à fait normal qu'elle ait aussi envie de passer ce moment avec nous. Elle avait l'air tellement paisible tout à coup, entre ses deux parents... ♥


    Il y a encore beaucoup à dire... Voilà déjà l'essentiel des conseils que je peux donner.
    Je pense que ce rythme de vie n'est pas très commun, mais peut-être que je me trompe ? En tout cas, n'hésitez pas à partager votre expérience, ça me fera plaisir de vous lire après la rédaction de ce pavé (j'ai quand même pris un peu plus d'une semaine et pas mal de relectures et modifications avant de le publier !).

     
    Bonnes vacances pour ceux qui en ont et sinon, du courage pour affronter le froid (ici le rhume est au rendez-vous, vivement les journées cocooning !)
    Des bisous

    - Lilaluna -

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    6 commentaires